Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

20 octobre 2008

166 – Quand on siffle la Marseillaise, n'est-ce pas par désespoir de ne pouvoir la faire sienne?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Lundi 20 octobre 2008

La semaine dernière, la Marseillaise a été sifflée lors d’un match amical opposant l’équipe de Tunisie à notre équipe nationale.
Ce fut immédiatement un tollé général de la sphère politico-médiatique, avec à la clef des mesures émotionnelles rapides fortement démagogiques. Le discours, encore une fois, portait sur l’évènement en lui-même, réclamant sanctions immédiates et condamnation sans appel. Je n’ai pas vu beaucoup de discours critiques se poser la question des raisons de cet évènement, s’interroger sur le «pourquoi?» de cette animosité vis-à-vis d’un des symboles de notre patrie : son hymne.

En juillet 2006, je m’interrogeais sur ce qu’est devenu le sentiment national dans ce pays. J’en arrive aujourd’hui à la conclusion que nous sommes loin du compte, et que malgré les générations successives, certains ne se sentent toujours pas français. C’est un fait. Pourtant, une autre composante de notre société est-elle prête à les «sentir français» ? Là est toute la question! Si tel était le cas, les injustices quotidiennes vécues par ceux-là même qui sifflent seraient marginales. Dans mon billet de mars 2007 nommé «Entre justice et injustices», je relève que cette marginalité est en fait une généralité.

Il y a donc en France des français qui ne sont pas considérés comme tels par d’autres français, et qui en conséquence ne se sentent pas français eux-mêmes. C’est une forme de schizophrénie parfaitement traumatisante ou ces «français de seconde zone» sont en fait rejetés de partout. N’oublions pas que dans le pays d’origine de leurs parents ou grands-parents, ils sont tout, sauf «chez eux».

Contrairement aux analyses à l’emporte-pièce qui concluent de façon sous-jacente qu’ils n’ont qu’à retourner «chez eux», je soutiens que ces sifflements sont l’illustration de leur attachement à la France. Ou-là là ! «Il a fumé quoi le Titophe?» vous direz-vous !

Je m’explique: Ces sifflements sont l’expression d’une douleur, d’une exaspération de ce rejet constant et constamment minimisé, voir nié. C’est la douleur de se rêver enfin membres à part entière de cette société dont un des symboles est son hymne. Ils voudraient pouvoir chanter à l’unisson, avec tous leurs concitoyens, leur attachement à une patrie qui les considère comme faisant partie des siens. Mais tel n’est pas le cas. Alors, en refusant l’hypocrisie, ces sifflements sont la réaction au rejet dont ils font l’expérience jour après jour. C'est en lien direct avec la haine de l'occident dont parle Jean Ziegler.

Ce discours, me direz-vous, est bien facile. Tous les tords ne sont pas d’un seul coté et les siffleurs sont aussi parfois les artisans de leur propre rejet. C’est vrai, mais c’est un cercle infernal qu’il faudra bien ouvrir un jour, si nous ne voulons pas que cela continue en s’amplifiant dangereusement.

Ces siffleurs, lorsqu’ils seront considérés comme des citoyens ordinaires, seront les premiers à défendre la Marseillaise, car elle sera aussi leur hymne à eux. Pour l’instant, ils n’en ont tout simplement pas. Offrons la leur!

Je termine par une question quelque peu provocante: La Marseillaise, n'est-elle pas un des symbols forts de l'époque coloniale?

Je ne résiste pas à la tentation de partager cette version de La Marseillaise proposée par l'éternel Graeme Allwright:




LA MARSEILLAISE
Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres
L’étendard d’espoir est levé
L’étendard de justice et de paix.
Rassemblons nos forces, notre courage
Pour vaincre la misère et la peur
Que règnent au fond de nos coeurs
L’amitié la joie et le partage.
La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières
Partons, partons, amis, solidaires
Marchons vers la lumière.

Graeme Allwright, Sylvie Dien
Texte libre de droit, offert par les auteurs, à distribuer sans modération.




Titophe

La Une de Sine-Hebdo numéro 7...





Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Libellés : , , , ,

13 Comments:

Blogger Mathieu L. said...

Billet très intéressant. J'attends de voir les réactions de mes contradicteurs habituels.

20 octobre, 2008 15:14  
Anonymous Anonyme said...

"Il y a donc en France des français qui ne sont pas considérés comme tels par d’autres français, et qui en conséquence ne se sentent pas français eux-mêmes."

Vous voulez bien etre plus precis s'il-vous plait?

En particulier en Seine St Denis, ou les populations d'origine africaines sont majoritaires, pouvez vous me donnez une exemple concret du type de discrimination que subirait un enfant de 14 ans?

Seconde question: si le match Viet Nam - France etait organise, pensez-vous qu'il y aurait tant de sifflets alors que toutes vos explications sont exactement transposables? D'ailleurs, a quand remonte la derniere fois que vous ayez lu que l'Indochine francaise demandait le pardon de l'etat?

21 octobre, 2008 09:48  
Anonymous jocelyncharles said...

"Il y a donc en France des français qui ne sont pas considérés comme tels par d’autres français, et qui en conséquence ne se sentent pas français eux-mêmes. C’est une forme de schizophrénie parfaitement traumatisante ou ces «français de seconde zone» sont en fait rejetés de partout. N’oublions pas que dans le pays d’origine de leurs parents ou grands-parents, ils sont tout, sauf «chez eux»"

Pas qu´en France.
Parlons de mon observation personnelle:
- Dans la plupart des instituts francais (représentant la culture francaise dans un autre pays au meme titre que l´alliance francaise) que j´ai eu l´occasion de voir en allemagne, etre francais et d´une autre couleur de peau que blanc ne semble pas compatible et n´est de toute maniere pas représenté, a tel point que beaucoup d´allemand on du mal à croire qu´un francais puisse etre d´une autre couleur que blanc.

J´avais pensé a écrire à notre président pour lui parler de ce probleme.


- Je confirme de mon coté que revenir au pays de mes parents ne dfait certainement pas de moi un malgache mais un Vasa (etranger)


Sinon pour l´actualité, apperemment cette affaire d´avoir siffler la marseillaise semble etre une grande affaire. N´etant plus en france je ressens l´impact au travers des medias internet. Est ce si grave que ca? Ou est ce que c´est comme pour les voitures brulés ou on titrait en international que c´etait une guerre civile en france et en national que ca n´est pas plus grave que d´habitude?

21 octobre, 2008 13:23  
Blogger Titophe said...

Effectivement Jocelyn, toute diversion est la bienvenue pour faire oublier d'autres formes d'incivilités bien plus malfaisantes, comme par exemple une spéculation sauvage à la recherche du profit maximum, quelles qu'en soient les conséquences pour les autres...

21 octobre, 2008 13:34  
Anonymous Isa said...

Autant je peux comprendre que certains soient choqués d'entendre leur hymne sifflé autant je trouve qu'ils en rajoutent. Perso, je ne chante ni la marseillaise ni l'abidjanaise (même si celle-ci à des paroles plus belles que la première). Et pour couronner le tout mon mari n'est pas du genre à chanter "The Star-Spangled Banner" la main sur le coeur!
Siffler un hymne surtout lors d'un match de foot n'est-ce pas un moyen de déstabiliser l'adversaire et de l'énerver? On est en 2008 et aujourd'hui les identités sont multiples et je ne comprend pas la focalisation de certains sur UNE idendité.

22 octobre, 2008 11:23  
Blogger Titophe said...

Isa, la polémique vient du fait que les supporters "Siffleurs" étaient des francais, pas des tunisiens. Ce n'est donc pas pour déstabiliser l'adversaire qu'ils sifflaient. Au contraire, je pense que ces sifflements sont l'expression d'une exaspération qui n'a rien à voir avec le foot, ni avec la Marseillaise elle-même, mais bien avec la France et ce qu'elle représente pour eux dans leur mal de vivre quotidien.

22 octobre, 2008 11:26  
Anonymous Isa said...

Comment sais-t-on que les siffleurs étaient français et on leur demandé leurs papiers?

22 octobre, 2008 11:28  
Blogger Titophe said...

Isa, réflechis un peu... non on ne leur a pas demandé leurs papiers, justement! Pour que les supporters tunisiens puissent venir, il faudrait déjà qu'ils obtiennent un visa... Ce n'est pas à toi que je vais faire un dessin...

22 octobre, 2008 11:33  
Anonymous Isa said...

J'avais trés bien compris mais je pars du principe qu'une personne qui peut avoir la double nationalité n'opte pas forcément pour la française et que la communauté tunisienne en France étant importante nombre sont peut-être tout simplement des travailleurs avec une carte de séjour!
Maintenant, n'ayant jamais vécu en France, tout ce que j'analyse je ne le fais que de loin.

22 octobre, 2008 11:38  
Anonymous Anonyme said...

"Ils voudraient pouvoir chanter à l’unisson, avec tous leurs concitoyens, leur attachement à une patrie qui les considère comme faisant partie des siens. Mais tel n’est pas le cas. Alors, en refusant l’hypocrisie, ces sifflements sont l’image du rejet dont ils font l’expérience jour après jour."

> Vous êtes totalement coupé de cette populasse que vous croyez défendre... Ne voudriez vous pas jouer l'alibi blanc au CRAN déguisé en boubou ? Parfois votre aveuglement confine à la pure sottise...

> Mais qui sont les personnes qui chantent la Marseillaise sans que ce soit sous la contrainte ? Vous la chantez vous la Marseillaise ?

22 octobre, 2008 13:13  
Anonymous ogm said...

walooooooouuuu...


"ces sifflements sont l’illustration de leur attachement à la France"

elle est bien bonne celle là...

la paix, c'est la guerre...

la liberté c'est l'esclavage...

Titophe fait dans orwell maintenant...

je sais que ce que je dis n'intéresse personne, puisque je suis un extrême droitier parait il, mais franchement... là, c'est fort...

curieusement, les 3 fois où l'hymne a été sifflé, c'était contre qui?

rien à voir surement... non?

quand la france joue contre l'allemagne, je n'entends pas de sifflets, pourtant...

et malheureusement, cela va bien au delà du foot (dont d'ailleurs je me foot royalement).

le premier qui parla de la marseillaise en termes peu élogieux, c'est karambeu (à ma connaissance), qui disais que c'était un chant guerrier et colonialiste, que ces ancêtres patati et patata... c'est sur... sauf que le hakka, qu'il dit apprécié, n'est rien d'autre qu'un chant de guerre, belle contradiction, et sans minorer les souffrances de ces aieux, je signale quand même qu'avant l'arrivée des français il se faisaient quand même la guerre et pratiquaient le cannibalisme, voire, se bouffaient la cervelle (ce qui provoqua des problèmes avec le même prion que l'ESB)... alors, je veux bien que l'on n'aime pas la marseillaise (moi, je n'aime pas, mais c'est sur le plan musical), mais faire comme si c'était sanguinaire alors que ces aieux étaient des cannibales, c'est un peu déplacé.

Monsieur titophe, redescendez sur terre, ceux qui sifflent sur la france la vomisse, c'est tout, ils ne se sentent pas français, ne veulent pas l'être, justement à cause de menteurs (comme vous dirais je), qui simplement salissent le pays (je sais, ça fait natio, mais c'est pour le raccourci), de ceux qui font de l'histoire une arme idéologique, ils oublient donc que leur histoire est faite de choses par propres (au moins aussi sales que la notre), et on salit à souhait celle du pays d'accueil, comment voulez vous qu'ils se sentent français avec toutes les saloperies que l'on raconte sur la france (saloperies justifiées parfois, mais qu'il faut recontextualiser)...

et je dis, et je répète, que les problème d'intégration sont bien différents avec ces populations, le nier, c'est complètement idiot... mais c'est vrai que selon orwell, la liberté, c'est l'esclavage...


bon, j'arrête là...

22 octobre, 2008 16:52  
Anonymous ogm said...

zut, j'ai été trop vite... pardon pour les fooootes

22 octobre, 2008 16:55  
Anonymous ogm said...

ups... voilà comment on rigole sous d'autres cieux...

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1050369

29 octobre, 2008 16:54  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home