Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

15 mars 2007

100 - Au delà des lois – entre justice et injustices?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Jeudi 15 mars 2007



C’est mon centième billet aujourd’hui. A l’heure d’un premier bilan, j’ai choisi de traiter du sujet complexe du sentiment de justice, et de l’opposer à son institution homonyme.

Ce blog, plus qu’une tribune, est un espace de réflexion et de partage. Bien qu’il m’arrive parfois de réagir à certains faits d’actualité, je préfère prendre du recul afin de mieux comprendre comment notre société a pu créer et alimenter le rejet de l’autre, comment nous en sommes arrivés à cette scission du monde. L’humanité aujourd’hui est injuste, les chances sont distribuées de façon parfaitement inégale et, cette inégalité est entretenue par une législation protectionniste de la part de ceux qui sont privilégiés.


Lorsque le sentiment d’injustice se heurte au cadre législatif de l’institution que nous appelons justice, il devient légitime de s’interroger. Et les injustices sont nombreuses. Elles se manifestent autant sur un plan local par des discriminations manifestes ou silencieuses, que sur un plan global lorsque les quatre cinquièmes de l’humanité se trouvent prisonniers d’un système économique dont les fondements sont avant tout le cynisme et reposent sur l’acceptation passive des populations dites «riches». Cette acceptation passive est le facteur déterminant pour permettre à ce système de perdurer. Cette acceptation passive est une manne pour ceux, très peu nombreux, qui profitent pleinement du système. N’oublions pas que, durant la dernière année, le nombre des milliardaires (en dollars) a progressé de 36%...

Nous avons donc un fossé grandissant entre le principe universel de justice, au cœur de la condition humaine, et les différentes institutions homonymes.
Une petite explication est nécessaire. L'institution que nous appelons "justice" est faite de lois, écrites et votées par la représentation nationale, ainsi que d'une administration les faisant appliquer. Ces lois s'attachent à corriger et à cadrer les manifestations déviantes. Par contre, cette institution n'est pas compétente pour traiter des raisons de ces déviances. Prenons l'exemple du racisme. L'institution judicaire saura traiter de tel ou tel cas de discrimination flagrante, car cela est prévu dans la loi. Mais en aucun cas, cette même administration ne pourra anticiper la déviance en traitant le mal à la source. L'intimité et le libre arbitre ne sont pas légiférables. Pourtant, le sentiment d'injustice ne peut être levé par la simple répréhension de l'acte. Ce sentiment restera présent tant que l'état d'esprit ayant permis l'acte le sera. C'est la limite entre l'action judiciaire et le sentiment de justice. On pourrait faire le même parallèle entre les lois sur l'imigration et l'injustice des situations de ceux qui s'y confrontent. "Etre né quelque part", comme le chante Maxime, est souvent la première des injustices.


Mon unique souhait est que chacun puisse s’affranchir des «modes» de pensées et réfléchir enfin, librement, au Pourquoi de toutes ces injustices. Que chacun puisse se sentir libre de se poser autant de questions qu’il est nécessaire. Notre société s’est enfermée dans des tabous inhibant toute remise en question. Le racisme, par exemple dans le contexte des discriminations à l’embauche, est dénoncé en tant qu’acte, mais aucun media de masse n’ose poser la simple question: Pourquoi ? Celle-ci nous entrainerait bien trop vite dans une logique culpabilisante. Regardons la petite vidéo ci-dessous et jouons le jeu, classique pour des enfants encore candides, du «Dis, Pourquoi?» répété autant que nécessaire.




  • 1. Le sujet mentionne que candidats arabes ou noirs on 3 fois moins de chances de décrocher un entretien que leurs homologues blancs. Pourquoi? --> Parce que les recruteurs ne souhaitent pas avoir d’employés arabes ou noirs.

  • 2. Pourquoi les recruteurs ne souhaitent-ils pas avoir d’employés arabes ou noirs? --> Parce qu’ils considèrent ces employés moins performants que leurs homologues blancs.

  • 3. Pourquoi les recruteurs considèrent-ils les candidats arabes ou noirs moins performants? --> Une réponse est envisagée dans ce reportage: Les clients de ces recruteurs pourraient faire défection si ceux-ci diversifient leur force de vente (ou disons les employés directement en relation avec ces clients).

  • 4. Pourquoi ces clients feraient-ils défection? --> Parce que ceux-ci ont un apriori négatif sur le fait d’être servis par des fournisseurs arabes ou noirs.

  • 5. Pourquoi est-ce négatif d’être servi par des fournisseurs arabes ou noirs? --> Parce que ceux-ci sont présumés être moins performants.

  • 6. Pourquoi des arabes ou des noirs seraient-ils moins performant? --> Parce que les clients (et certainement les recruteurs) le pensent.

  • 7. Pourquoi cette communauté de recruteurs/clients pensent-ils que des employés arabes ou noirs sont moins performants? --> Parce qu’ils n’ont jamais envisagé le contraire.

  • 8. Pourquoi n’ont-ils jamais envisagé le contraire? --> Parce que les circonstances, au cours de leur existence, les ont toujours portés à croire que arabes ou noirs sont moins performants que blancs.

  • 9. Pourquoi ces circonstances n’ont-elles pas permis de lever ces préjugés? --> Parce que la société occidentale a longtemps institutionnalisé la croyance en une certaine «supériorité blanche» qui justifiait des politiques esclavagistes puis coloniales.

  • 10. D’accord, mais ces périodes sont révolues aujourd’hui. Pourquoi ne pas remettre en question cette «supériorité blanche» ? --> Parce que le sujet est délicat.

  • 11. Pourquoi ce sujet est-il délicat? --> Parce que de traiter du sujet oblige à traiter aussi des pages d’histoires qui lui sont associées.

  • 12. Et alors, Pourquoi ne traite-t-on pas de ces pages historiques? --> Parce que le lien entre les individus et l’histoire est un lien chargé affectivement et émotionnellement. Une histoire controversée renvoie une image négative sur ceux qui se sentent les héritiers de cette histoire.

  • 13. Mais Pourquoi l’histoire de faits révolus renverrait-elle une image négative sur les acteurs d’aujourd’hui? --> Parce que les gens aujourd’hui s’associent et s’identifient à ceux qui les ont précédés et en qui ils aiment se reconnaître. Ainsi ils préfèrent regarder l’histoire de façon positive car cette image positive est celle à laquelle ils s’identifient. Ils vont donc développer un sentiment de culpabilité s’ils estiment descendre de la communauté blanche et développer un sentiment de victime s’ils descendent de la communauté arabe ou noire.

  • 14. Mais blancs, arabes ou noirs, ils ne sont aucunement coupables ou victimes de faits appartenant au passé! Pourquoi le seraient-ils? --> Ce n’est pas si simple. Bien que n’ayant pratiqué ou subi aucun acte de violence en relation avec les périodes historiques évoquées, ils portent toujours en eux l’esprit qui a conduit leurs ancêtres dans ces situations. Cet état d’esprit est en lui-même porteur de culpabilité ou de sentiment victimaire.

  • 15. Mais alors, c’est le serpent qui se mord la queue! Comment peut-on en sortir? --> Certainement pas par la force ni sous la contrainte. Le problème est finalement au cœur de l’intimité des individus et aucune loi ne peut changer un état d’esprit. Seuls le courage, le dialogue et la prise de conscience peuvent ouvrir une porte de sortie. Prise de conscience que les esprits sont bel et bien pollués par des préjugés tenaces, et cela à une échelle que personne n’a le courage d’évaluer. Une fois cette prise de conscience faite, le reste devrait venir plus naturellement.


Pour conclure, l’institution judicaire rencontrera le concept de justice lorsque chaque «Pourquoi?» deviendra légitime, lorsque la liberté de s’interroger ne se heurtera plus aux tabous d’une société qui se ligote. Ce centième billet confirme ainsi que la prise de conscience est loin d’être acquise. Le blog peut-il contribuer à cette prise de conscience? Je le crois.




A lire : Article du Nouvel Observateur Racisme à l'embauche : l'Etat
"conscient" des problèmes


Titophe

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

10 Comments:

Anonymous zebu32 said...

Je suis un peu perplexe. Je ne vois pas le rapport entre la première partie de ton post et la partie "Pourquoi". Toutes deux sont justes, mais il n'est pas question de "justice" au sens institutionnel dans la partie "Pourquoi". On est dans le racisme, purement et simplement. Les noirs et les arabes ne souffrent pas de l'injustice institutionnelle (du moins pas forcément plus que des blancs pauvres sans piston ni relations) mais de la bêtise humaine. Ce n'est pas l'appareil d'état qui a décrété qu'un noir vaudrait moins qu'un blanc, qu'un employeur devrait embaucher un blanc plutôt qu'un arabe, c'est notre culture qui amène l'homme blanc à dénigrer son semblable noir ou beur. Me trompe-je ?

16 mars, 2007 06:05  
Blogger Titophe said...

Bonjour Zébu. Je comprends tout à fait ta perplexité. J'ai effectivement fait quelques sauts hatifs dans le cheminement des mes pensées. Du coup. tout cela devient un peu décousu, j'en conviens. Il est vrai qu'en ce moment, les seuls instants que je consacre à ce blog sont limités en temps, vu que j'écris dans le train. La précipitation est souvent à l'origine de ce manque de consistence.
Ceci dit, j'ai modifié le billet en rajoutant un court paragraphe (en bleu) qui, je l'espère, te donnera quelques éclairages sur la transition entre les deux parties. Le "Pourquoi?" est le lien manquant entre l'institution "justice" et le sentiment de justice (ce qui est juste, ce qui est vrai).

16 mars, 2007 10:24  
Anonymous elgreco said...

c'est presque faire l'avocat du diable que de vouloir faire "écouter raison" à ki ne veut point entendre!

Bravo pour ce 100e billet et pr cette perséverance

Keep going

16 mars, 2007 23:48  
Blogger Titophe said...

Merci Rached! La persévérance n'est pas un exploit en soi, car elle n'est que le lien logique avec l'amour.

17 mars, 2007 13:45  
Anonymous Anonyme said...

Je viens de lire votre 100ème billet!
Je suis obèse 145kgs et j'ai 2 enfants d'origine tahitienne.
J'essaye de leur apprendre que quelqu'un qui dit d'eux qu'ils sont marrons café au lait, noir ou pour moi grosse, obèse. eh! ben c'est vrai et que la plupart du temps ça n'est qu'une constatation.
En gros j'essaye qu'ils n'entre pas dans le cercle des victimes!
Le rêve : les blancs arrêtent de culpabiliser d'être des descendants de blancs et les noirs ou magrhébins se sentent égaux.
Etant obèse, je ne suis pas victime, je n'ai jamais eu l'impression de subir de la discrimination et, je n'ai jamais entendu de moqueries ou jamais prété attention?

13 juillet, 2007 08:29  
Blogger Titophe said...

Bonjour,

Dommage que je ne puisse vous nommer, ne serait-ce que par un pseudo. Merci pour votre témoignage, et surtout de pointer du doigt que sortir du schéma victime/coupable est possible. Je vous invite à consulter ce très vieux billet sur la notion de culpabilité. Bonne journée.

13 juillet, 2007 08:38  
Anonymous Anonyme said...

Ce type dit ce qu'on lui a dit de dire. Quel rapport avec la réalité, avec les "vraies" raisons? Ca vaudrait le coup de creuser un peu, non?

05 mars, 2008 02:58  
Blogger Titophe said...

Cher anonyme, c'est justement tout le propos de ce billet.

12 mars, 2008 10:51  
Blogger Jibe said...

La différence suscite toujours le rejet. le handicapé, le nain, le marginal est rejeté, tout ce qui ne rentre pas dans un certain cadre est rejeté. Par exemple, si je disais ici que le racisme est une bonne chose, et qu'il faut renvoyer les noirs et les arabes dans le pays de leur ancêtres, mon propos serait immédiatement rejeté, car il ne correspondrait pas au cadre dans lequel vous voulez débattre.

29 mai, 2008 13:26  
Blogger Titophe said...

Bonjour Jibe. Difference = rejet? C'est vrai, mais celà ne signifie pas pour autant que ce soit inéluctable. Et encore une fois, il convient de ne pas confondre le racisme et ce que Memmi appelle l'hétérophobie.

29 mai, 2008 13:32  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home