Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

06 mars 2007

99 - Laissez-les grandir ici !

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Mardi 6 mars 2007

Article trouvé sur le site du Nouvel Observateur aujourd'hui.


Plus de 300 professionnels du cinéma et de l'audiovisuel ont parrainé une pétition nationale de RESF en faveur des sans-papiers à travers un court-métrage.

Manifestation à l'appel de RESF le 1er juillet 2006 à Paris (Sipa)
A six semaines de la présidentielle, le Réseau éducation sans frontières (RESF) a lancé lundi 5 mars une campagne et une pétition nationale contre l'expulsion des enfants scolarisés sans-papiers, baptisée "Laissez-les grandir ici!".
Un court-métrage a été réalisé à l'occasion par le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers, visible dans 400 salles à partir de mercredi et dès lundi soir sur Internet.
"La place des enfants n'est pas dans les centres de rétention mais dans les écoles", a souligné Richard Moyon, porte-parole de RESF, lors d'une conférence de presse lundi soir à la Cinémathèque française, devant de nombreuses personnalités du cinéma dont Josiane Balasko, Costa-Gavras, Thomas Gilou ou Dominik Moll.
"Le métissage de la société française est une réalité en dépit de la démagogie véhiculée par la droite et l'extrême-droite", a souligné Richard Moyon. "Tous les gens présents dans ce pays ont le droit d'y vivre sans avoir à justifier de leur utilité dans la société ou de leurs ancêtres", a-il ajouté.
Le but de cette campagne est de créer un "vrai débat participatif" sur la place de l'immigré dans la société, selon RESF, qui souhaite que le film crée une "brèche définitive dans l'opinion publique".

Refusé par les salles multiplexes

Pour réaliser ce court-métrage, seize véritables enfants sans-papiers scolarisés, après l'accord de leurs parents, ont travaillé lors d'ateliers d'écriture au cours desquels ils ont raconté leur histoire et partagé leur expérience.
Un texte commun est né, mis en scène grâce à des gros plans sobres et poignants dont la question-clé est "Est-ce que c'est normal d'avoir peur quand on va à l'école?". Le court-métrage est réalisé par un collectif de cinéastes, tous membres du Collectif des cinéastes pour les sans-papiers, et premiers signataires de la pétition.
Principalement visible dans les réseaux arts et essai, le court-métrage a pour l'instant été refusé par les salles multiplexes, précise RESF. Il est en revanche disponible sur tous les sites Internet de partage (Google vidéo, MySpace...)
Juliette Binoche, Jane Birkin, Romane Bohringer, Yves Boisset, Rachid Bouchareb, Juan Luis Buñuel, Karin Viard, Régis Wargnier, Claude Miller ou Jacques Weber font partie des 352 premiers signataires de la pétition du Collectif des cinéastes pour les sans-papiers également disponible sur le site de RESF. (AP)





Laissez-les grandir ici


Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

9 Comments:

Anonymous DaTroll said...

Les enfants, ces etres particuliers a etre au-dessus des lois...

Les seuls responsables dans cette affaires sont leurs parents qui ont decide de s'installer illegalement et de faire un enfant en France.

C'est le libre arbitre.

Ils ont choisi de faire un enfant, qu'ils en assument les consequences et n'utilisent pas l'enfant comme faire valoir.

Personne ne les a force a s'etablir illegalement en France, personne ne les a force a faire un enfant (quand en plus le bon sens voudrait qu'on ne procree pas lorsque nous ne sommes pas en mesure de subvenir convenablement aux besoins de l'enfant).

Je ne vois aucun scandale la-dedans. Hop, tout ce beau monde a la frontiere conformement a la loi que ces personnes ne sont pas senses ignorer, et on en parle plus.

09 mars, 2007 18:41  
Anonymous DaTroll said...

PS: Quel est le lien avec le racisme (qui est suppose etre le fil rouge du blog non) ?

09 mars, 2007 23:10  
Anonymous Anonyme said...

Monsieur Colonisation pourquoi tu as mis une photo de singe à côté de ton prénom ?
tu te prends pour un singe savant ??

10 mars, 2007 16:36  
Blogger Titophe said...

Datroll, le liens avec le racisme me semble pourtant évident. C'est l'exclusion dont le racisme n'est qu'une composante. Je me permets de souligner cette exclusion qui ressort de facon presque caricaturale dans ton intervention ou tu associes allègrement les immigrés à des délinquants. Je considère au contraire que la condition humaine est universelle et qu'un peu d'empathie suffit à se rendre compte que si nous étions à leur place, nous aussi chercherions des solutions de survie, sans pour autant avoir l'impression d'être des délinquants. Je te conseille la lecture de cet ancien billet qui développe ce sujet.

Au courageux anonyme du "10 mars, 2007 16:36", sérieux ne signifie pas automatiquement triste, l'autodérision étant ma facon d'être.

12 mars, 2007 10:13  
Anonymous DaTroll said...

Salut,

"Je me permets de souligner cette exclusion qui ressort de facon presque caricaturale dans ton intervention ou tu associes allègrement les immigrés à des délinquants."

Dans la mesure ou ces immigres sont etablis illegalement sur le sol francais, alors oui ce sont des delinquants, c'est en effet ce que dit la loi.

D'autre part, je ne vois toujours pas ou est le racisme. Un immigre illegal, qu'il soit blanc, noir, jaune, gris, est sujet aux meme lois. Aucune discrimination raciale. Note que j'ai toujours parle des immigres installes illegalement. Je n'ai absolument rien contre ceux qui resepectent la loi, bien au contraire, ils sont les bienvenus.

Le respect de la loi, c'est quand meme le minimum pour s'integrer, non ?

De plus, accepter les immigres en masse ne resoud en rien les problemes auquels la population est confrontee dans ces pays. C'est ici que nous devrions mettre la priorite.

12 mars, 2007 16:22  
Blogger Titophe said...

Datroll, le problème à mon sens dépasse le seul cadre de la loi. Je comprends ton point, mais il faut savoir se mettre à la place de ceux qui ont perdu tout espoir. Il ont le choix entre très peu de possibilités. L'une, respectant nos lois migratoires, leur interdit à tout jamais l'accès à notre sol et les condamne à un désolant désespoir et à une résignation souvent synonyme de mort à petit feu. L'autre consiste effectivement à venir malgrés cette interdiction et leur ouvre au moins l'espoir d'une vie meilleure, même si la réalité est moins rose. Personnellement, je ne les considère pas comme des personnes déviantes, car ce sont quelque part des battants qui refusent à se résigner. Je te conseille la lecture de ce texte qui explique mieux que je n'en suis capable l'état de désepérance qui est celui de ces milliers d'hommes et femmes.

12 mars, 2007 16:33  
Anonymous DaTroll said...

J'avais deja pris connaissance de ce texte.

Parmis les 5 solutions proposees, aucune n'est "Quand la communaute europeenne ouvrira ses portes a tout le monde".

D'une maniere plus generale, c'est se tromper de combat que d'assouplir les regles immigratoires. De meme que les restos du coeur sont vains contre la pauvrete ou SOS racisme inefficace a combatre le racisme.

Voila pour ce qui est de l'immigration.

Concernant la partie politique, je cite:
"Ils arriveront quand même parce que vos collègues chargés du développement l’ont trop souvent réduit à des aides budgétaires ou à des prêts ponctuels favorisant des régimes corrompus à la tête d’États où règnent le non-droit, la corruption et le racket permanent des plus faibles. Peu de chances alors de voir les plus jeunes se motiver dans un tel environnement. Ils veulent venir en Europe, et ils viendront."

"Vous refusez d’investir dans l’agriculture familiale qui seule peut fixer les populations chez elles."

Il fut une epoque ou les pays europeens ont essaye de developper les pays africains. Le resultats fut ce qu'il fut, des moins et des plus, ce n'est pas le sujet.
Le fait est que depuis:
1) Les pays africains ont eu l'independance qu'ils souhaitaient. Ils ont ete libres d'en faire ce qu'ils en ont fait.
2) On pourrait a la limite repprocher a la France de s'etre entierement retiree et de ne pas avoir continuer son exploitation (sous couvert du mot "commerce") comme l'a fait l'Angleterre avec notament l'Inde. Je suis pas sur que ce soit ethiquement plus correcte, ca a en revanche permis de developper le pays plus rapidement.
3) Il est paradoxale de repprocher aux pays europeens d'avoir jadis tente d'industrialiser les pays africains et de leur repprocher maintenant de les laisser a leur propre sort, avec une agriculture archaique notamment.

Car s'il est vrai que le colonialisme s'est tres mal passe, les pays africains sont aujourd'hui dans une posture encore pire.

A posteriori, peut etre que ce n'etait pas si defavorable a l'Afrique qu'on tend a la dire aujourd'hui.

12 mars, 2007 18:43  
Anonymous DaTroll said...

Je viens de tomber sur un de vos ancien message:
http://colonisation.blogspot.com/2005/11/7-combat-antiraciste-qui-sadresse-qui.html

C'est interessant.
"Quelle cible pour cette communication ?
Le message doit s’adresser à la population blanche qui ressent encore malheureusement un sentiment raciste, conscient ou inconscient."

Vous n'avez meme pas essayez de moderer quelque peu le propos. Vous auriez au moins pu dire "Le message s'adresse principalement".

Clairement, vous dites que la majorite des anti-racistes sont noirs et arabes
"
Les associations anti-racistes affichant une notoriété publique sont dirigées par des représentants de la communauté « victime » du racisme (noirs ou arabes en général). Leur audience, que l’on le veuille ou non, est aussi majoritairement une population de même origine."

Et que les racistes sont blancs.

Bravo ! La messe est dite.

12 mars, 2007 21:18  
Blogger Titophe said...

DaTroll, vous êtes vous déjà rendu dans un consulat de France dans un pays du tiers monde? Le droit auquel vous faites référence y est appliqué de facon totalement arbitraire et nous sommes loin d'un cadre parfaitement légal. Lisez donc ce dernier article de libé

13 mars, 2007 11:19  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home