Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

28 septembre 2007

129 - Racisme Institutionnel - (3) L’analyse du discours raciste

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Vendredi 28 septembre 2007

Troisième partie de l'article de Teun A. Van Dijk.

Chapitres précédents:
(1) Introduction
(2) Le racisme des élites



L’analyse du discours raciste



La plupart des études consacrées au racisme se focalisent sur la discrimination et l’exclusion, ou bien sur les préjugés et l’idéologie, mais ils ont tendance à ignorer le rôle fondamental joué par le langage dans la reproduction du racisme. Le débat et les mesures politiques, quel que soit leur objet, s’engagent sous forme d’écrits et de paroles, depuis les lois et la réglementation, les débats parlementaires, les délibérations du gouvernement et jusqu’aux programmes et à la propagande des partis. Les médias eux aussi opèrent de façon largement discursive, et cela inclut les images, les films et le multimédia. Cela vaut également pour la police et la justice, l’éducation et la recherche scientifique. Cela signifie que les élites symboliques sont d’abord des élites discursives. Elles exercent leur pouvoir par le verbe. Comment le racisme pourrait-il exister sans l’écrit et la parole ? Comment pourrait-on acquérir autrement les préjugés et les stéréotypes sur « les étrangers », alors que ces sentiments procèdent rarement de l’observation quotidienne et du commerce rapproché avec ceux-ci ? Et comment serait-il possible de partager en groupe ces certitudes qui engendrent la discrimination et l’exclusion ?
Il est donc essentiel d’étudier le racisme, et plus particulièrement le racisme des élites - mais également l’antiracisme - à partir d’une analyse détaillée de leurs pratiques discursives et de celles de leurs institutions. Une analyse fine s’impose d’autant plus que bien des manifestations du racisme des élites prennent une forme indirecte et subtile, comme c’est d’ailleurs le cas avec le sexisme. Il est donc nécessaire de procéder à une analyse du discours rigoureuse afin de montrer en quoi certaines pratiques institutionnelles relèvent de convictions racistes sous-jacentes, et pour comprendre pourquoi le discours raciste des élites peut avoir des effets particulièrement délétères sur l’opinion publique.
On a heureusement vu depuis vingt ans une forte poussée de l’analyse du discours en tant que discipline (scientifique) dans les lettres et les sciences sociales, et ce non seulement comme « méthode » pour mener une analyse plus approfondie des données à caractère discursif, mais également en tant que discipline « transversale » indépendante des discourse studies (voir à ce sujet Schiffrin, Tannen & Hamilton, 2001 ; van Dijk, 1997). Dans le cas de la linguistique, cela a permis par exemple que nous en sachions beaucoup plus sur l’usage du langage que la simple analyse des mots et des phrases en termes de grammaire, et que nous portions attention à un grand nombre de structures et de stratégies qui ont rapport avec l’écrit et la parole, tels que le degré de cohérence, la teneur générale des sujets traités, les formes schématiques, la structure argumentative et narrative, le style, la rhétorique, les actes de parole ou les stratégies de conversation. En psychologie, nous comprenons beaucoup mieux comment opèrent les processus cognitifs menant à la production et l’appréhension du discours, comment le discours est mémorisé et comment il nous informe. Dans les sciences sociales, l’intérêt pour les formes naturelles du discours et les événements communicatifs a conduit à un large mouvement d’analyses ethnographiques des formes et des conditions dans lesquelles l’écrit et l’oral opèrent dans l’interaction sociale et à l’extérieur des communautés. Les débats parlementaires, l’information, les échanges en classe et au tribunal, les manuels scolaires, les publications scientifiques, les conversations quotidiennes ont eux aussi fait l’objet d’études détaillées.
Ces développements de l’étude du discours permettent également une approche plus sophistiquée de l’analyse des pratiques racistes, et en particulier de celles des élites symboliques. Nous sommes maintenant à même d’étudier les changements subtils d’intonation ou de volume dans la parole, ainsi que les variations de syntaxe, les choix lexicaux, la sélection des sujets, les stratégies narratives, argumentatives et rhétoriques, tout cela afin de mettre à nu les préjugés sous-jacents des usagers du langage et des institutions qu’ils représentent. Et par delà de telles études du discours, nous sommes maintenant à même d’évaluer les effets de ces discours dans la sphère publique, parce que nous commençons à savoir comment ces discours sont reçus et compris, et comment les gens se forment des modèles mentaux et des représentations sociales partagés sur « les autres », comment se forment les préjugés et les idéologies.



... A suivre
Chapitres suivants:
(4) En Europe
(5) La structure du discours raciste
(6) La sortie du racisme


Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

5 Comments:

Anonymous Apologie du Métissage said...

Salut Titophe, c'est Olivier des métis célèbres, j'ai fait rajouter ton blog sur la blogroll de celui d'un des mes frères sur les Grandes Figures de ce monde. A bientôt.

29 septembre, 2007 09:41  
Anonymous polly said...

Salut Titophe,
Je viens de lire ta partie 2, ardue! Mais j'irai presque plus loin (à moins que ce ne soit fait après). Le racisme est une composante indispensable des dominants sur les dominés. Les dominants ont besoin des dominés et pour qu'ils en soient ainsi ils sèment entre les différents groupes de dominés une hiérarchie qui fonctionne très bien. Ainsi les discours des "élites" se répercutent sur les strates sociales. Chomsky écrit que "le rôle des intellectuels est de faire en sorte que les gens soient passifs, obéissants et programmés". Donc quand on forme dans les hautes écoles de la république nos "élites", elles sont déjà bien formatées elles-mêmes et leurs discours savants vont nous contaminer si nous ne restons pas vigilants.
ps: je suis prof de lettres/histoire en LP.

29 septembre, 2007 17:45  
Blogger Titophe said...

Olivier: Merci pour le lien!

Polly: Oui, c'est malheureusement de plus en plus vrai. Ce n'est pas par hasard si le parrain du fils de notre "président" est à la tête d'une chaine de télévision dont le crédo est de fabriquer des "minutes de cerveaux disponibles"...

01 octobre, 2007 10:43  
Anonymous A2N said...

Bonjour, Titophe !

Ce qui se passe est inquiétant et interessant pour la suite. D'une part, on assistera à un flux de propos des plus extavagants et postures racistes; d'autant plus que Nicolas Sarkozy est un puissant vecteur. D'autre part, il fait croire que nous vivons les derniers soubresauts d'une société BLANCHE qui veut le rester mais ne le pourra pas. Et pour cause, le rapport démographique est en faveur des non blancs, ce qui explique la volonté de recourir aux tests ADN pour freiner l'inéluctable transformation en profondeur de la société française. Hortefeux et ses copains pensent y parvenir en se tournant vers l'Est, histoire de rester entre BLANCS.Hélas, ils ne pourront rien faire, sauf quelques opérations spectaculaires ne pouvant pas inverser le cours de l'histoire.

A+

PS: Devant le couac relatif à l'inauguration du musée de l'immigration, il se pourrait que Sarkozy et ses sbires tentent de sauver leur honneur, en organisant une inauguration officielle......mort de rire !

11 octobre, 2007 18:55  
Blogger Titophe said...

A2N, je ne sais pas si l'objectif est si radical, en tous les cas ne je l'espère pas. Je pense plutot que nos elites surfent sur une vague xenophobe qu'ils savent exister, qu'ils savent profondemment ancrée dans les esprits de ce pays, qu'ils s'attachent à nier avec beaucoup d'hypocrisie, mais qu'ils savent très porteuse pour leurs intérêts personnels.

12 octobre, 2007 11:34  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home