Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

29 août 2007

122 - La censure monte d'un CRAN

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Mercredi 29 aout 2007

Un petit coup de gueule aujourd'hui. Je regarde d'un oeil intéressé les discours et les actions du CRAN, ce mouvement étant focalisé sur un thème qui m'est cher. Partageant entièrement leur préocupations, celà ne signifie pas pour autant que je partage leur approche. En effet, l'aspect fortement communautaire laisse un arrière gout d'exclusion qui me dérange. Comment demander plus d'inclusion en pratiquant l'exclusion? C'est mon opinion.

Tout celà pour dire que je consulte régulièrement le blog de Patrick Lozès, président de ce mouvement. A deux reprises déjà, j'ai choisi d'intervenir en posant un commentaire. Dans chacun de ces commentaires, j'ai toujours tenu à mettre en évidence mon entière adhésion au constat qu'ils font du racisme en France. Seules les solutions proposées me semblent criticables, c'est ce que j'ai fait en toute courtoisie. Les lecteurs fidèles de cet espace savent que je n'aime pas braquer mes interlocuteurs par un langage provoquant ou impoli. Pourtant, à ces deux reprises, mon commentaire n'est resté que quelques minutes sur leur blog, puis a disparu. Mes demandes d'explications sont à ce jour sans réponse.

Est-ce le meilleur moyen pour ce mouvement d'atteindre ses objectifs? Je pense qu'ils s'égarent à pratiquer une censure faisant malheureusement partie des stéréotypes qu'ils dénoncent...

A tire d'exemple, voici le dernier commentaire censuré, relatif à cet article: Paradoxe, paradoxe:

Bonjour,

Réflexion intéressante. Je partage entièrement le constat. En effet, le "racisme des non-racistes" (j'adore la formule) est bien plus pesant que le racisme ouvertement affirmé des autres.
Ceci dit, je ne partage pas votre conclusion. Aucune mesure législative ne peut changer quoi que ce soit, c'est ma conviction. Par contre, il convient à mon sens de contribuer à une réelle prise de conscience, et vous avez un role important à jouer, ne serait-ce que par l'envergure médiatique que votre mouvement a acquis. En effet, ce racisme reste inconscient et le premier obstacle est de le mettre en lumière afin de provoquer une prise de conscience individuelle de chaque citoyen. Il faut ainsi non pas se cantonner à une action purement "administrative" en légiférant ou en contraignant/imposant de nouvelles procédures, mais il faut enfin briser les tabous, communiquer, utiliser les potentiels emotionnels de la sphère médiatique à laquelle vous avez accès. C'est certainement plus complexe et plus délicat, mais bien plus puissant. Convaincre au lieu de contraindre, je pense que là est la clef. Je vous renvoie à un ancien billet que j'ai mis en ligne sur mon blog et qui illustre un peu plus en profondeur ce sujet.
Bonne journée
Titophe (Blog Racisme et Histoire: Le Tabou)




Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

11 Comments:

Anonymous lyne said...

comme tu le dis la legislation ne sert à rien si les gens ne veulent pas comprendre, je repense aux lois sur la laïcité, elles n'ont pas résolu le problème, elles l'ont caché et donc agravé, bien que censées venir d'un (bon) sentiment, aujourd'hui des jeunes filles ne vont plus à l'école, alors que l'on continue à axer l'école "laïque" sur des bases chrétiennes. mais il est aussi vrai que les médias s'acharnent à ne présenter le plus souvent que l'image, excuse-moi du terme "banania", je comprends leur exaspération, tous les autres moyens ont échoué, il ne leur reste plus que celle-ci et la guerre, malheureusement utiliser les armes de "l'ennemi" se retourne toujours contre-soi.
j'espère que la compréhension
viendra avant la guerre.

29 août, 2007 13:24  
Blogger Titophe said...

Bien entendu, Lyne, je ne contest pas le racisme latent et souvent alimenté par les médias. L'objectif numéro 1 de ce blog est de déclencher une prise de conscience afin que ce constat ne soit pas nié. Aussi, je partage complètement le mal-être engendré qui a abouti à la création du CRAN. Aucun désaccord sur ce point. Là ou j'observe plus de retenue, c'est sur les solutions qu'ils proposent ainsi que sur leur approche qui me semble bien trop communautaire.

29 août, 2007 13:32  
Anonymous Wam said...

Alors Titophe,

Ca vous fait quoi d'etre traite comme un vulgaire troll alors que vous avez simplement ose avoir un avis different ?

29 août, 2007 22:39  
Blogger Titophe said...

Je ne pense pas être traité "comme un vulgaire troll", Wam. Je ne m'explique pas cettte censure, un point c'est tout.

30 août, 2007 07:57  
Anonymous Anonyme said...

Je ne réagit pas par rapport à la censure (ou pas) mais par rapport au fond.

Les noirs ne vont pas (et ne peuvent pas) attendre toute leur vie que la majorité s'ouvre à eux sous un quelconque effet émotionnel. Si les 400 ans d'esclavage n'arrive pas à créer une quelconque émotion en France (Parce qu'à Londres ce n'est plus le cas), alors ne jouons pas les crédules, il faut se battre, et lutter. Si toutes les émissions sur les discriminations à la télé francaise n'ont pas réussit c'est que ce n'est pas la bonne solution.

Ce n'est pas parce que vous êtes ouvert, qu'on attendra que tout le monde le soit, et que tout le monde le sera un jour d'ailleurs...

Les deux solutions sont alors de se faire respecter (par la loi,le lobbying...) et d'essayer d'avancer ensemble, et de comprendre que la solidarité communautaire est ce qui nous sauvera.

En gros tu m'aime pas, mais tu me respecte sinon le couperet tombe.
Si tu veux voir ton message passer, cré tes médias, pas parce que ce n'est pas parce qu'un noir a présenté le JT de TF1 qu'ils vont arréter de montrer les noirs comme des voleurs, des casseurs ou des singes(Cf. Tintin au congo).

30 août, 2007 14:51  
Blogger Titophe said...

Bonjour cher Anonyme et merci de ton commentaire. Sais-tu que tu peux facilemnent prendre un pseudo sans te creer un compte? C'est plus simple pour s'adresser à toi.

Je suis tout à fait d'accord pour sanctionner les actes et comportements en légiférant. Là n'est pas ma divergence. Ce que je pense, et je comprends que l'on ne partage pas ce point de vue, c'est que les raisons ou les idées à l'origine de ces comportements condamnables ne seront jamais éliminées par une quelconque législation. Voir mon billet sur les Pourquoi? (Aller directement dans la deuxieme partie, après la video).

30 août, 2007 16:53  
Anonymous Mariam said...

Titophe,
j'avoue être partagée. D'un côté, j'en ai ras-le-bol du traitement réservé aux personnes originaires d'Afrique ou d'Asie qui doivent faire bien plus que les personnes françaises de souche pour faire leur preuve. J'en ai d'ailleurs tellement ras-le-bol que je prépare mon expatriation.
Mais d'un autre côté,je n'adhère pas du tout aux actions du CRAN. Je trouve que ça tourne trop à de la victimisation. Oui, il faut défendre les intérêts des personnes noires en France. Mais pas seulement de ces personnes... Je suis aussi une femme: qu'est-ce qu'il y a le plus à défendre chez moi?

03 septembre, 2007 18:37  
Anonymous zebu32 said...

Peut-être faut-il commencer par "contraindre" pour arriver finalement à "convaincre". C'est notre côté Français borné. Peut-être vas-tu trouver ma comparaison décalée, mais si aucune loi sur la parité n'avait été votée, les femmes seraient toujours très mal représentées en politique. Maintenant, la présence féminine est un peu plus rentrée dans les moeurs, et on peut choisir une femme à un poste par envie et non par obligation légale.

04 septembre, 2007 05:54  
Blogger Titophe said...

@ Mariam: Bonjour et sois la bienvenue sur cet espace! J'aime beaucoup ton sens de la mesure et ton recul. Comme toi, je pense que victimisation et culpabilité sont des schémas qui me mènent nulle part car ce n'est pas par là que l'on trouvera des solutions pourtant urgentes, car la situation actuelle est, je le pense aussi, loin d'être satisfaisante. Je te propose un ancien billet sur le sujet de la victimisation qui va dans le sens de ton commentaire. Ceci dit, la fuite est-elle une solution? Ton approche me rappelle celle de Malaïka et je la regrette, car des personnes réfléchies et profondément conscientes de leur humanité sont précieuses ici.

@ Zébu: Ton point de vue se défend et j'avoue être partagé. C'est un sujet qui mérite d'être creusé et j'espère que tu participeras à cette réflexion.

04 septembre, 2007 08:59  
Anonymous DaTroll said...

http://pkk.hautetfort.com/archive/2007/10/13/le-cran-dans-ta-gueule.html#comments

15 octobre, 2007 03:51  
Blogger Titophe said...

Da Troll, "l'info" est dans Minute, alors permets moi de mettre des guillemets et d'attendre qu'elle se confirme ou non.

15 octobre, 2007 08:53  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home