Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

16 août 2007

120 - Vous êtes français?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Jeudi 16 Aout 2007

Bonjour à tous, je reviens aujourd'hui seulement d'un mois d'évasion et de dépaysement. J'espère que vous êtes nombreux à vous être resourcés pour attaquer d'un pas vaillant les semaines à venir.

Pour débuter, je vous propose un article du journal "Libération" très révélateur d'une tendance de plus en plus nette de confondre joyeusement "français" et "visiblement français". La lecture appelle la réflexion, c'est le moindre de ses intérêts.

Et pourtant...

«Ma grand-mère a sorti sa carte avec la mention "juif"»
Les témoignages de lecteurs affluent après notre article sur les déboires d’une Française, Brigitte Abitbol, pour obtenir ses papiers d’identité.

Par Catherine Coroller
QUOTIDIEN : jeudi 16 août 2007

Les
déboires avec l’administration de Brigitte Abitbol, Française juive née en Algérie en 1950 ( Libération du 7 août) ont passionné les lecteurs de Liberation.fr.

Comme à tous les Français nés hors de l’Hexagone ou de parents étrangers, cette quinquagénaire s’est vu demander, pour le renouvellement de sa carte d’identité, un certificat de nationalité, délivré par un tribunal d’instance, en l’occurrence celui de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Mais, comme elle porte un patronyme à
«consonance israélite», le greffier lui a demandé de fournir un «acte de [sa] religion».

Objectif : s’assurer que Brigitte Abitbol est bien juive, ce qui laisse supposer qu’elle descend d’une famille naturalisée en 1870 grâce au décret Crémieux, comme la quasi-totalité des juifs d’Algérie. Brigitte Abitbol a refusé de produire un tel document. Elle n’a toujours pas de carte d’identité. Et son cas n’est pas isolé.

Médiateur. Le grand nettoyage organisé par l’Etat depuis 1993-1994, lorsque la carte d’identité papier a été remplacée par sa version informatisée et sécurisée, en désoriente plus d’un. Ainsi Gérard à qui une greffière du tribunal d’instance du XVIIe arrondissement de Paris a demandé «un certificat de judaïcité». «Il a fallu l’intervention du médiateur de la République pour résoudre ce problème, témoigne-t-il. Un grand-père qui s’est battu en 14-18, un père mort pour la France et moi-même deux ans d’armée dans les paras… bravo pour l’égalité, la fraternité».

De même Mita : «Juive d’origine algérienne, il m’a été demandé de prouver ma nationalité française. J’ai produit le jugement de nationalité de mon père ainsi que le livret de famille. Il m’a été demandé, malgré ce premier jugement, de prouver ma judaïté, comme si le décret Crémieux prévoyait que les descendants des juifs algériens devaient rester juifs jusqu’a la nuit des temps. Il se trouve que je suis restée juive et que j’ai produit le certificat demandé, mais si j’en avais eu le temps et les moyens, j’aurais saisi le Conseil d’Etat».

Mamwe raconte que sa mère a vécu la même mésaventure que Brigitte Abitbol : «Il lui est arrivé la même chose à la mairie de Massy (Essonne). En effet, elle est née en 1953 à Bône en Algérie. Son nom de jeune fille à consonance israélite , y est peut-être pour quelque chose. Mais elle a fait un tel scandale que c’est passé».

Que l’administration ose réclamer un «certificat de religion» choque les internautes. «On n’a pas à demander un acte religieux, s’insurge Warp. A quand une demande de baptême pour les inscriptions dans les maternelles ? Lamentable». «Et si cette dame était de famille juive athée ? questionne un autre. Comment avoir un acte religieux ? On fait quoi, on lui paie un charter ? Pour aller où ?»


«Dégradant». Les non-juifs nés à l’étranger ou de parents étrangers sont censés avoir hérité de la nationalité française par le sang et non grâce au décret Crémieux. Ils ne sont pas astreints à la fourniture d’un certificat religieux. Mais beaucoup jugent humiliant de devoir produire un certificat de nationalité.
«Je témoigne en tant que pied-noir. C’est dégradant de se voir considéré comme non-français», écrit un homme. «Née en Algérie d’un père réfugié espagnol, naturalisé français et d’une mère née en Algérie, j’ai dû moi aussi prouver ma nationalité, rapporte Caroline. Fonctionnaire depuis 38 ans, j’aurais pu en rire mais je me suis sentie furieuse et surtout… en danger. J’imagine si j’avais été juive, ou noire ou beur…» Ce lecteur raconte l’histoire de sa grand-mère : «Elle est née en 1919 dans un shtetl en Pologne à 30 km de Dachau, et a été naturalisée française en 1921 après que sa famille a émigré suite aux premiers pogroms. En 2001, elle s’est vu demander un certificat de nationalité pour le renouvellement de sa carte d’identité. Elle a expliqué que son village avait été détruit et brûlé et qu’il n’existait plus de documents. On lui a rétorqué qu’alors elle serait renvoyée dans son pays . Elle a sorti sa carte nationale de Français éditée en 1943 et barrée de la mention JUIF et m’a téléphoné en larmes… J’ai demandé à voir le sous-préfet et celui-ci a fini par s’excuser et ma grand-mère a eu sa carte.» Autre catégorie de population qui vit particulièrement mal l’obligation de fournir un certificat de nationalité, les Français descendants de personnes nées en Alsace-Lorraine entre 1870 et 1918 alors que cette province était allemande. «J’ai dû renouveler mes papiers et ceux de mes enfants, raconte Isabelle. L’administration a exigé un certificat de nationalité car un de mes parents est né en Alsace. On m’a demandé le livret militaire de mes deux grands-pères (morts depuis longtemps), ne les ayant pas, il y a eu enquête approfondie. Manifestant mon mécontentement devant cette procédure basée sur le délit de sale origine , on m’a gentiment répondu que je n’étais française que par réintégration.»

Indépendance. L’inquisition administrative atteint son maximum pour les Français originaires d’anciennes colonies descendants, non pas de colons, mais d’indigènes. L’administration zélée s’attache alors à vérifier si eux - ou leurs parents - ont fait toutes les démarches nécessaires pour conserver la nationalité française lors de l’indépendance.

L’enquête aboutit parfois à un retrait de la nationalité. «Pour les Français nés à l’étranger et notamment ceux nés au Maghreb, s’insurge Mathkara, il est assez déroutant, pour ne pas dire vexant ou humiliant, à 50, 60 ans et plus, de voir de jeunes freluquets venir demander à des individus, français depuis des années, de justifier de leur francité . Le pire étant lorsque après avoir été français pendant plusieurs décennies, on vient vous dire : ha, mais en fait, non vous n’êtes pas français, vous allez devoir retourner dans votre pays car vous êtes en plus sans-papiers ! »




A lire:
- La chasse aux "faux" français
- Naître et ne pas être français


Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

15 Comments:

Blogger Dominique said...

Bonjour.
Je découvre votre blog par le lien laissé sur moncouplemixte.com que je consulte régulièrement depuis l'émission Pénélope.com sur France inter.
Si la question du racisme m'intéresse, je pense que sa complexité se résume à autre chose que noir contre blanc ou maghrébin contre européen ou autre possibilité toute aussi imbécile.
je vais tenter de m'expliquer si je le peux. Je suis maman d'une "famille nombreuse" ( famille nombreuse, famille heureuse?!) et mes enfants ne sont pas tous du même papa. De fait les deux dernières sont métisses alors que les premiers ne le sont pas.Je n'ai pas été élevée dans une famille dite raciste et j'ai cotoyé dans mon enfance, des blancs, des noirs, des maghrébins, tant à l'école qu'aux différents endroits où j'ai habité. En dehors du souvenir dans ma petite enfance d'un controle d'identité brutal dont mon père a fait l'objet, à la fin de la guerre d'Algérie, (trop brun, trop mat),alors que je l'accompagnais,ma première expérience avec le racisme a été le regard des gens dans la rue lorsque j'étais avec mon second compagnon.Je ne voyais pas notre différence de couleur de peau (lui noir, moi blanche), je ne voyais en lui qu'un homme que j'aimais et notre différence de couleur c'est dans les yeux de certains passants que j'ai commencé à la ressentir. La seconde a été pour moi mortifiante. Accompagnant celui-ci à un match de foot, il a été salué par un groupe de personnes qu'il connaissait, congolais comme lui. L'une des femmes de ce groupe s'est adressée à lui en lingala, ignorant que je le comprenais. J'avais alors notre fille âgée de quelques semaines dans les bras et la personne qui s'adressait à lui était en train de lui demander pourquoi il avait choisi une "mundélé madesu" alors que tant de "petites soeurs" attendaient au pays ! J'ai découvert ainsi au fil du temps des comportements odieux. Croisant des femmes antillaises (et oui, je comprends aussi le créole) j'ai eu droit aux regards méprisants et à la remarque assassine "tiens, encore une qui a mangé son pain noir". L'un de mes enfants qui rencontrait des difficultés dans son collège(nous venions de déménager) était chaque jour traité de "sale français", jusqu'au jour où certains de ses harceleurs m'ont rencontré en sa compagnie avec ses deux petites soeurs métisses. De ce jour, on l'a laissé tranquille avec pour argument, il n'est pas comme les autres, il nous comprend, ses soeurs sont métisses!. Plus tard, vivant seule avec mes enfants pendant plusieurs années, certains voisins bien intentionnés ont cru bon de me demander si mes filles étaient "adoptées". Mais comment donc, on ne peut être polies et bien élevées quand on a cette couleur de peau à moins d'être adoptées ? Mes filles ont grandi et s'intéressent maintenant pour la plus grande au maquillage.
C'est dans ce genre de magasin que j'ai pu constater qu'elle était particulièrement serrée par certaine vendeuse...Et oui, la couleur du vol sans doute. Et ce qui agacent par dessus tout mes filles et moi-même, ce sont ceux qui vous disent :"ah mais elles sont de chez nous" (sous entendu l'Afrique) si par malheur ils apprennent la nationalité de leur père.
Une couleur définit-elle une nationalité, celle du métissage a-t-elle toujours trait à l'esclavage avec le maître blanc et l'esclave noir même s'il n'est pas question pour moi d'occulter ici cette période sombre et profondément misérable de l'histoire ou encore de vouloir l'amoindrir. La question se pose cependant pour mes filles car faisant des recherches sur l'ethnie de leur grand-père, j'ai découvert que celle-ci au 18ème siècle était grande pourvoyeuse de "bois d'ébène". Pas un tribut qu'elle avait à payer, mais bien une pratique qui préexistait auparavant. Bien plus complexe qu'il n'y paraît donc.
J'espère ne pas avoir choqué.
Mais j'avais envie aussi que toutes les facettes soient appréhendées.
A bientôt.

17 août, 2007 02:59  
Blogger Titophe said...

Bonjour Dominique, et bienvenue sur ce blog!

Tout d'abord, merci beaucoup pour ce témoignage très intéressant. Il va sans dire que je partage votre expérience, même si je reste assez unipolaire dans mes billet postés ici. J'admets volontier ce parti-pris car j'ai délibérément choisi de restreindre autant que possible le thème du blog au racisme latent, silencieux et inconscient qui mine notre société francaise.

Pourquoi ce choix? Je ne nie absolument pas les phénomènes d'exclusion et de racisme existant de tous les cotés, le communautarisme avéré de beaucoup de ceux qui nous rejoignent. Mais je souhaite avant tout provoquer une réflexion qui puisse elle-même engendrer une prise de conscience. Les faits que vous relatez sont parfaitement exacts, je les ai vécus moi aussi à de nombreuses reprises. Personne ne les nie car ils sont connus et bien ancrés dans tous les esprits. Par contre, l'héritage d'une pensée inconsciente et perverse, mélange de mépris et de sentiment de supériorité, reste un tabou dont très peu ont conscience ou même souhaitent avoir conscience.

On pourrait se dire que peu importe, il s'agit d'un mal universel et éternel. Seulement voilà, notre société francaise a celà de spécifique qu'elle est plus "multicolore" que bien d'autres. Après des décennies d'imigration mal gérée, après des siècles d'impérialisme mal terminé, nous sommes à un tournant. Que sommes nous? Une société métisse qui doit se redéfinir ou bien une société de femmes et d'hommes blancs qui "tolèrent" de nouvelles têtes sans les considérer réellement comme faisant partie de la même nation? C'est la question essentielle posée sur ce blog.

Bonne journée

Titophe

17 août, 2007 09:12  
Anonymous Isabelle said...

Je ne suis pas pied-noir, ni juive...mais il y a des années, lorsque mon mari à souhaiter prendre la nationalité française, j'ai dû produire un certificat de nationalité. Vivant à l'époque au Cameroun, la réponse m'est parvenue deux ans plus tard via le consulat: mon dossier n'était pas complet, mon grand-père étant né en Algérie, il n'était pas possible de me fournir ledit certificat." Eclat de rire autant qu'agacement...mon grand-père était né en algérie parce que son grand-père maternel était missionné par le gouvernement français à un haut poste administratif pour représenter ce dernier...voilà, bretonne de souche, évidemment il y avait de quoi ne pas se sentir vraiment française.... ;-)
Bon retour de vacances, Titophe!
amitiés,
Isabelle

17 août, 2007 09:55  
Blogger Titophe said...

Bonjour Isabelle, et bonne rentrée à vous aussi.

Votre cas est quelque peu différent, car il s'agit ici d'une procédure judiciaire visant à attribuer la nationalité francaise à votre époux. La demande du certificat est donc systématique et votre anecdote ne fait qu'illustrer les incohérences d'une administration qui gère elle aussi un héritage flou. Mais la demande en elle-même est légitime.

L'article mis en évidence dans ce billet montre qu'un déli de faciès (ou de patronyme) inconscient est bien pratiqué par nos fonctionnaires car la demande, pour un renouvellement de carte d'identité, est tout sauf systématique. Elle ne dépend que du "jugement" du fonctionnaire qui traite votre demande. La qualité de fonctionnaire des dites personnes importe peu, ils ne sont que le reflet de ce que nous sommes tous: inconsciemment conditionnés. Ce n'est qu'en en prenant conscience que nous pouvons nous en libérer.

17 août, 2007 10:20  
Anonymous zebu32 said...

Tu attaques fort à ton retour de vacances, dis donc. Moi, je suis française pur jus, blanche toute blanche et ça fait quand même 9 semaines que j'attends ma carte d'identité. Disons que c'est l'été, tout le monde administratif est en vacances... Mais pour en revenir à ton message, je serais assez fataliste. Des cas comme ceux relatés par Libé, il y en a des dizaines. Les médias en parlent quand ils n'ont rien d'autre à se mettre sous la dent. Un peu de pitié et de misérabilisme mal placés, ils savent si bien faire ! Le reste du temps, les problèmes sont les mêmes, à notre porte, sous nos yeux... mais encore faudrait-il bien vouloir les ouvrir pour voir quelque chose...

17 août, 2007 12:35  
Blogger Titophe said...

Bonjour Zébu, heureux de te recevoir de nouveau. Ouvrir les yeux, telle est bien mon intention à travers ce blog.

17 août, 2007 12:50  
Blogger jocelyncharles said...

Bonjour, je vous remercie d´etre passé sur mon blog ainsi que du lien que vous m´y avez laissé.
J´ai découvert votre blog hier soir et j´avoue que vos thèmes sont passionnant.

L´article que vous venez d´éditer est tres interessant et en lisant ceci "Affirmant s’être fait «insulter gravement», la «dame de ­l’accueil» a déposé contre elle une main courante au commissariat."

Je suis curieux de connaitre la suite de cette histoire.

17 août, 2007 15:38  
Blogger Titophe said...

Bonjour Jocelyn et merci pour la visite. A très bientot je l'espère!

17 août, 2007 15:48  
Blogger jocelyncharles said...

Bonjour, un dernier lien d´article que j´avais trouvé sur le lien:

http://www.liberation.fr/transversales/grandsangles/220945.FR.php

J´avoue que ca me fait un peu peur tout ca

17 août, 2007 16:18  
Blogger Titophe said...

Merci Jocelyn! J'ai rajouté le lien.

17 août, 2007 16:54  
Anonymous Anonyme said...

quelle honte pour un pays qui prétend défendre les droits de l'homme blanc. mon grand-père paternel mort en 2000 est né en france de parents flamands, je crois que ma grand-mère est dans le même cas. je n'ai jamais entendu dire que l'un ou l'autre ait eu à fournir de documents de ce genre. Pas plus du côté maternel de ma famille, j'ai un arrière-grand-père italien, plusieurs de ses enfants sont encore vivants, et mon arrière-grand-mère était allemande ou alsacienne. si ce n'est pas du racisme déguisé...

23 août, 2007 09:25  
Blogger Titophe said...

Bonjour cher "anonyme". Qui es-tu? As-tu un pseudo qui me permette de te répondre plus personnellement?

Ton cas illustre bien que nous sommes en pleine dérive. Le progrès se transforme en régression.

23 août, 2007 09:29  
Anonymous Lyne said...

désolée pour l'anonyme de tout à l'heure, j'ai fait une fausse manoeuvre.

23 août, 2007 18:14  
Anonymous isa said...

J'espère que tes vacances se sont bien passées.

Je reviens sur ton blog et vois que décidément c'est de mieux en mieux dans ce pays!
Sais-tu que ma mère a du aussi prouver sa "francité" bien qu'elle soit française de souche (parents, grands-parents et arrières grands-parents tant paternels que maternels) juste parce qu'elle a été mariée à un étranger. Alors qu'elle est inscrite au Consulat de France depuis le 1er jour de son arrivée sur le sol ivoirien, qu'elle a régulièrment fait refaire ses passeports, CNI et cartes consulaires - un bon coup de gueule de sa part envers l'ambassadeur a très vite réglé le problème!
J'ai lu les réactions ici et sur le site de libération et tout ce que je peux c'est que je suis heureuse que mes enfants aient la nationalité américaine ainsi si les autorités françaises leur font trop de souci un jour je leur conseillerai d'abondonner la nationalité française et de ne garder que la double américano-ivoirienne.

25 août, 2007 11:26  
Blogger Titophe said...

Salut Isa. Heureux que tu retrouves ta place sur cet espace. J'espère que pour toi aussi la pause estivale a été agréable.

27 août, 2007 09:36  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home