Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

22 septembre 2006

72 – Imagine

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets
Vendredi 22 septembre 2006

J’essaye souvent d’imaginer à quoi ressemblerait la société qui est la notre si le racisme disparaissait, si le communautarisme se réduisait à des communautés de pensées, d’idées, qui se confronteraient sainement au sein de débats dépourvus de préjugés. Vivrions-nous différemment? Qui seraient ceux qui verraient les obstacles disparaitre? Qui seraient ceux devant qui de nouveaux obstacles se lèveraient? Notre société serait-elle plus égalitaire, plus juste? Saurions-nous enfin profiter des opportunités qu’offre la diversité? Quelle serait notre vision de notre histoire? Cela permettrait-il de faire des avancées significatives dans les relations internationales? Que deviendrait l’économie dite mondialisée? La justice et l’humanisme traverseraient-ils les frontières? Quelles frontières d’ailleurs? Auraient-elles encore un sens?

Bref, plein de questions sur un rêve qui semble si loin! Une idée?




Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

9 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Grace au racisme nous avons la possibilité de distinguer le bien du mal, le beau du laid, les winners et les looser, les verts et les violets, enfin tout ce qui est different de nous.
Jean louis du 75

22 septembre, 2006 16:19  
Blogger Titophe said...

Jean-Louis, avons nous besoin du racisme pour faire ces distinctions? D'ailleurs, certaines differences ne sont-elles pas un leurre?

22 septembre, 2006 16:24  
Anonymous Anonyme said...

Titophe,
Que pensez vous de l'action des "people" en ce moment autour des sans papiers de Cachan ?

22 septembre, 2006 18:08  
Blogger Titophe said...

Qu'en penser? Ils ne font qu'utiliser leur notoriete pour que les medias s'y interessent. Quant a leur contribution pour changer les mentalités, ce serait plutot le role des politiques s'ils se donnaient pour relle misson de changer la societe, ce qui ne semble pas etre le cas.

23 septembre, 2006 09:18  
Anonymous Isabelle said...

nous avons les politiques que nous avons élus, non? en tous cas, la majorité d'entre nous.Ils sont donc à notre image. bref...allons au bout du raisonnement: avons-nous envie de changer???
:-)
Isabelle

23 septembre, 2006 23:49  
Anonymous Zebu32 said...

Plus qu'un rêve, je pense que cette vision du monde est une utopie. Il faudrait un reformatage complet pour tout recréer sur des bases saines. Il y a tant de choses qui nous empêchent de ne pas considérer l'autre comme une menace potentielle. A commencer par le sentiment de propriété. Dès lors que l'on possède, on craint d'être dépossédé. Comment instaurer la confiance et l'égalité dans un tel climat ?
A mon avis, la société telle que tu la décris n'est possible qu'en tant que microcosme.

24 septembre, 2006 07:03  
Blogger Titophe said...

Isabelle, la démocratie, bien qu'étant le meilleur modèle que nous ayons trouvé à mon sens, ne nous permet pas vraiment d'élir des politiques à notre image. C'est bien la le paradoxe. Nous eliminons les pires mais ne choisissons pas forcement les meilleurs. Regardez ce qui s'est passé en 2002... Ceci dit, je n'ai pas forcément de meilleure idée. Je regrette simplement que nos institutions et nos medias mettent trop en avant les personnes et leur ego, ce qui ne privilegie en aucune facon la sincerité et le courage.

Zebu, j'en suis bien conscient! c'est d'ailleur pour cela que j'avais ecrit, il y a quelques temps, un billet sur l'importance de l'egoisme dans le racisme.

24 septembre, 2006 09:51  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, j'ai dû mal m'exprimer. Je crois que si nous avons les hommes politiques que nous avons, c'est que notre inconscient collectif en est là et ne laisse pas encore émerger des hommes différents, d'une conscience plus élevée. Nous créons notre réalité. Elle répond à nos croyances, nos mémoires, etc.Par exemple, nous n'arrivons pas à sortir du clivage droite/gauche. A mon sens, c'est justement parce que nous ne sortons pas nous-mêmes de nos clivages, nous pensons en terme de dualité plutôt qu'en termes de complémentarité, union. D'un côté les bons, de l'autre les méchants, les racistes et les non-racistes, les persécuteurs et les victimes, etc...
Les "meilleurs" dont vous parlez, n'ont pas encore pris la parole parce que nous ne sommes pas, collectivement bien sûr, prêts à les entendre.
:-)
Isabelle

24 septembre, 2006 10:18  
Blogger Christ-Off said...

la question est vaine.

26 septembre, 2006 01:30  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home