Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

14 septembre 2006

69 - E.T. nous observe – (8/8) Inclusion ou Exclusion?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Episodes précédents:
1 - Les longueurs d'ondes mystérieuses
2 - L'enlèvement
3 - Captifs!
4 - Toi, t’es pire que moi!
5 - Rencontre du 3eme type
6 - Seuls ou ensemble?
7 - Osons!


Jeudi 14 septembre 2006

Notre petite histoire se termine. On peut imaginer que nos amis reviennent transformés de leur aventure, même si un tel récit ne peut exister qu’en rêve.
On voit ici le lien sournois qui lie les concepts d’inclusion et d’exclusion, concepts se nourrissant mutuellement. Pour rejeter, il faut s’inclure auparavant, mais on peut aussi s’inclure par rejet ce qui fut le cas de nos cobayes.

Dans la vie de chacun, nous vivons des inclusions par étapes successives.

Notre premier cercle est notre cellule familiale, protectrice et connue. Puis ce cercle s’élargit au voisinage, à la région, au pays, au fur et à mesure que l’on prend conscience de notre identité. A chaque phase, le sentiment d’appartenance s’accompagne de l’identification, de la mise en évidence et du rejet des différences. Cela peut être l’accent, la cuisine, la culture, la langue, les croyances et bien entendu, la couleur de peau. Lorsque le processus d’élargissement s’arrête la, il s’associe a un rejet que l’on appelle xénophobie, nationalisme ou même racisme. Il est donc nécessaire de prendre du recul, ou de l’altitude en ce qui concerne notre histoire, pour réaliser la dernière étape, en peu comme une caméra qui s’élèverait jusque dans l’espace. Allez donc regarder la terre en partant de chez vous sur Google Earth, puis en faisant un zoom out. Je trouve l’image significative.


Tour du monde
Vidéo envoyée par Titophe

De plus, la terre est très belle.



fin

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

1 Comments:

Blogger Christ-Off said...

il faudrait voir à vous acheter un dictionnaire tout de même. Un Robert par exemple ?
et sinon, effectivement, la science fiction ne s'improvise pas. Kémi... Non mais sans déconner.

15 septembre, 2006 04:01  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home