Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

25 janvier 2006

23 - Enfin!

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Mercredi 25 Janvier 2006

Enfin! Serais-je enfin démenti? Mon article consacré au Tabou des medias serait-il devenu obsolète? Je l'espère de tout coeur.

Thema : Y a-t-il une question noire?
Hier soir Mardi 24 Janvier, Arte a consacré son excellente émission Thema au sujet de la question noire.


La France doit-elle avoir honte de son passé colonial?
Demain Jeudi 26 Janvier, Arlette Chabot brise enfin le tabou sur une grande chaine publique, France 2:


Ah! Si ceci n'était qu'un début, quel bonheur! Les medias et la télévision en particulier, si aptes à lobotomiser les masses ont aussi acquis la capacité de propager très rapidement de nouvelles mentalités, de faire changer l'opinion. Lorsque ceci devient honnête et citoyen, c'est un progrès considérable.

Finalement, je me demande si ce fameux article 4, par le débat qu'il a engendré, n'est pas une des actions les plus "positives" de ce gouvernement. Ce n'était certainement pas l'intention première, mais bon, on ne va tout de même pas s'en plaindre...

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

13 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Je pense que si cet article 4 a engendré le débat, c'est parce que les historiens, pour la plupart, s'insurgent...
Mais tu as raison, c'est un effet positif... et finalement, cet article a eu un effet complètement inverse à celui voulu... :-)

25 janvier, 2006 16:56  
Anonymous Phil the Blogeur said...

Salut ! J'ai vu ton commentaire très pertinent chez Olivier (vive la Vie), l'histoire du formateur... Je tenais à te saluer. Je repasserai te voir lorsque j'aurai un peu plus de temps. Promis !

26 janvier, 2006 15:40  
Blogger Titophe said...

Merci Phil! J'attends tes commentaires!

26 janvier, 2006 16:56  
Anonymous Zebu32 said...

J'ai regardé un peu l'émission de France2 hier. Je ne sais pas si je n'étais pas assez concentrée ou quoi, mais j'ai trouvé que les intervenants brassaient plus d'air qu'autre chose. Les Allemands ont mis bien longtemps à "assumer" leur passé, mais ils l'ont fait. Pour la France, j'en doute. Je ne sais plus qui a dit "Les Africains arrivent en France comme balayeurs et ils restent comme noirs". C'est malheureusement bien résumé.

27 janvier, 2006 07:02  
Blogger Titophe said...

Bonjour Zebu. Je suis assez d'accord avec toi tout en restant optimiste. En effet, apres un si long silence, il ne faut pas s'attendre a des miracles. Ce que j'espere simplement c'est qu'il ne s'agit que d'un debut...

27 janvier, 2006 14:21  
Anonymous Phil the Blogeur said...

Dans l'état actuel de ma réflexion, je pense que placer le débat sur le plan historique est déplacé. Chacun sait qu'il y a trois Histoires : La scientifique (qui repose sur des faits et des preuves) ; L'officielle (celle qui oriente l'identité d'un peuple) ; La populaire (celle qui s'appuie sur des traditions et des effets de mode). Nous avons affaire ici à la seconde qui trouve devant elle les deux autres (qui s'opposent pour des raisons contraires en plus !). Ca ne peut pas fonctionner. L'Europe des Lumières a subit un énorme échec dans sa politique Universaliste dont elle n'a pas su tirer les leçons. La preuve, c'est qu'on pose encore la question en terme de "bienfaits" ou de "méfaits". Il serait plus intelligent de regarder ensemble ce qui a été fait et de le dire tel quel, sans jugement. Il faut être dément pour ne pas regretter l'esclavagisme. Mais c'est ce même esclavagisme qui a produit le Blues, donc le Jazz, le Rock, le Reggae, le Ska, le Rap, etc... sans lesquels nous serions bien pauvres musicalement. Les Histoires officielles et populaires ne seront jamais objectives, quant à l'Histoire scientifique, personne ne s'y interesse vraiment que les spécialistes. Alors regardons les choses Culturellement, voyons ce que nous avons contruit tous ensemble et ce dont nous avons à nous enrichir mututellement ! J'espère ne pas être trop confus...

27 janvier, 2006 23:05  
Blogger Titophe said...

Phil, je suis bien d'accord avec toi. Ma demarche n'est pas de me tourner vers le passé. Je considère, par experience, qu'un racisme silencieux et pesant, partagé malheureusement par une tres grande majorité de personnes, est un heritage de ce passé que l'on tait. Parler de celui-ci serait une facon de faire sortir ce mal que personne ne nomme.

27 janvier, 2006 23:23  
Blogger gladysdit said...

Hum, Hum, Hum...
Quoi ajouter...

je pense qu'à vous deux, vous avez bien cerné le terrain et je le suis moi aussi (cerné par toutes ces bonnes paroles).

28 janvier, 2006 01:48  
Blogger Titophe said...

J'ai posé le commentaire suivant sur le site de Gladys. Il me semble approprié ici aussi:

Mon combat est avant tout un combat contre le racisme, contre celui que l'on ne voit pas ou plutot que l'on refuse de voir et d'admettre.

L'histoire ou la memoire m'importent peu tant qu'ils ne restent qu'histoire et memoire. Je vis dans le present, tourné vers le futur. Seulement voila, j'essaye de comprendre les racines de ce racisme de masse sournois et silencieux, et je crois bien qu'on les trouve derriere nous, dans ce qui a permis a des hommes d'accepter l'innacceptable, au nom d'une soi-disant difference de valeur entre les hommes de couleurs differentes. Si parler de cette histoire peut permettre une prise de conscience qui ait une incidence sur le racisme d'aujourd'hui, alors oui, il faut en parler.

28 janvier, 2006 16:08  
Anonymous Emma said...

Salut Titophe , c'est Emma. J'aimerai te poser une petite question qui me tourmente... Trouves tu que mon artivle sur le pélerinage quand j'ai parlé de certains africains est raciste???
Moi franchement je ne trouve pas, je pense qu'il faut appeler un chat un chat...et j'ai rien dit de méchant; mais je me suis dit que toi (puisque je suis sure que tu ne peux pas etre raciste)pourrait me donner un avis objecif.
Est ce que ce serait possiblle d'avoir ton avis sur mon blog dans larticle en question?
Merci

28 janvier, 2006 18:17  
Anonymous EMMA said...

Moi je pense que plus on parle d'une chose, plus ca prouve quil y a un malaise par rapport a la chose. Pourquoi est ce que des gens ne sont pas choqués quand on leur dit "tas vu lui le blanc assis la bas" alors que ca les choque d'entendre "t'as vu, le noir assis la bas". Et donc je me dis que finalement que c'est la personne qui est mal à l'aise ou choquée qui a la a plus tendance a etre raciste parce qu'elle considère que c'est mal d'appeler un noir un noir... de même pour tous les debats qui portent sur les musulmans, juifs, arabe, etc...
Je me rappelle un fois je suis passée par lille et je disais pour parler de lille "y a que des arabes la bas"... Ca passe parce que je suis arabe. une autre personne (pas arabe) n'aurait peut etre pas osé s'exprimer aussi naturellement

28 janvier, 2006 18:24  
Anonymous Phil the Blogeur said...

Je suis d'accord en partie avec toi Emma. Je suis Lillois d'origine et je me suis installé en Bretagne où je me suis vite senti mal à l'aise sans très bien savoir pourquoi. Jusqu'à ce que je m'installe à Brest, qui est une ville portuaire de passage, de commerce et où le métissage est plus important qu'à Saint-Brieuc ou Quimper, par exemple. Et là je me suis senti bien de nouveau, parce que quand je me promène, je vois des gens de toutes les couleurs, de toutes les cultures, de toutes les origines. Des femmes complètement voilées osent même faire leurs courses au supermarché ! Je ne dis pas qu'il n'y a pas quelques regards en coin, mais personne ne les rejette non plus. C'est ce qui me manquait par rapport à Lille et que je ne retrouvais pas ailleurs en Bretagne.

28 janvier, 2006 23:52  
Blogger Titophe said...

A Emma:
C'est a toi de trouver une reponse. Je pense que la diversité est essentielle a l'humanité, que conserver cette diversité est une question de survie. J'essayerai de developper cela dans un prochain billet. Pour la question noire, je pense que ton approche merite d'etre creusee. Le probleme n'est pas le mot "noir", mais plutot ce que l'inconscient collectif met comme valeurs derriere ce mot.

Phil:
Je comprends ce que tu dis et je partage ton sentiment.

29 janvier, 2006 15:54  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home