Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

16 décembre 2005

16 - Quand les Nations Unies s'en mêlent

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Vendredi 16 décembre 2005

J'invite le lecteur à prendre connaissance du texte ci dessous, adopté en aout 2002 et dont la version originale est disponible ICI. Je l'invite aussi à s'interroger sur les raisons de ce texte.
Je ne saurais trop insister sur le point numéro 3 car je le trouve quelque peu chargé d'actualité...








La reconnaissance de la responsabilité et les réparations pour les violations flagrantes et massives des droits de l'homme en tant que crimes contre l'humanité qui se sont produites durant la période de l'esclavage, du colonialisme et des guerres de conquête


Résolution de la Sous-Commission des droits de l'homme 2002/5



La Sous-Commission de la promotion et de la protection des droits de l'homme,

Se référant à sa décision 2000/114, et attirant l'attention de la communauté internationale sur les cas de violations massives et flagrantes des droits de l'homme qui doivent être considérées comme des crimes contre l'humanité et qui à ce jour ont bénéficié de l'impunité, en dépit des tragiques souffrances que l'esclavage, le colonialisme et les guerres de conquête ont infligées à de nombreux peuples dans le monde,

Rappelant sa résolution 2001/1, du 6 août 2001,

Considérant qu'on ne saurait prétendre combattre le racisme et la discrimination raciale, lutter contre l'impunité et dénoncer les violations de droits de l'homme qui persistent dans le monde sans tenir compte des profondes blessures du passé,

Estimant que, dans le cadre de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, il était nécessaire que la communauté internationale se penche sur les causes et les conséquences de ces maux, historiquement engendrés, dans une large mesure, par l'esclavage, le colonialisme et les guerres de conquête,

Estimant aussi que la responsabilité historique des puissances en cause vis-à-vis des peuples qu'elles ont colonisés ou réduits à l'esclavage doit faire l'objet d'une reconnaissance formelle et solennelle et de réparations,

Rappelant que cette responsabilité est d'autant plus fondée que les périodes d'esclavage et de colonialisme ont généré dans les pays concernés un état de délabrement économique et des séquelles graves dans le tissu social et d'autres drames qui continuent à ce jour à affecter des peuples entiers partout dans le monde,

Estimant que la reconnaissance formelle et solennelle de cette responsabilité historique à l'égard des peuples concernés doit inclure un aspect concret et matériel tel que le recouvrement de la dignité des peuples affectés, la coopération active au développement non limitée aux mesures actuelles d'aide au développement, l'annulation de la dette, l'application de la «taxe Tobin», le transfert de technologies au bénéfice des peuples concernés, et la restitution progressive des biens culturels assortie des moyens permettant d'assurer leur protection effective,

Considérant qu'il est essentiel que la mise en œuvre des réparations bénéficie effectivement aux peuples, notamment à leurs groupes les plus défavorisés, en prêtant une attention particulière à la réalisation de leurs droits économiques, sociaux et culturels,

Convaincue que cette reconnaissance et cette réparation constitueront l'amorce d'un processus qui favorisera l'instauration d'un dialogue indispensable entre les peuples que l'histoire a opposés pour la réalisation d'un monde de compréhension, de tolérance et de paix,

1. Prend note de la Déclaration et du Programme d'action adoptés à Durban en septembre 2001 lors de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée;

2. Prend note également de la décision 2002/109 du 25 avril 2002 de la Commission des droits de l'homme dans laquelle la Commission a invité la Sous-Commission à examiner attentivement la Déclaration et le Programme d'action de Durban et à contribuer à titre complémentaire à la réalisation des objectifs de la Conférence mondiale;

3. Demande à tous les pays concernés de reconnaître leur responsabilité historique et les conséquences qui en découlent afin de prendre des initiatives permettant, notamment par le biais d'un débat fondé sur des informations exactes, la prise de conscience dans l'opinion publique des conséquences néfastes des périodes d'esclavage, du colonialisme et des guerres de conquête, ainsi que de la nécessité de réparations équitables;

4. Recommande que la reconnaissance publique de la traite et de l'esclavage comme crimes contre l'humanité soit marquée par la fixation d'une date commune pour commémorer chaque année, au sein des Nations Unies comme dans chaque État, l'abolition de la traite et de l'esclavage;

5. Souligne combien il est important, pour les programmes scolaires, les formations et recherches universitaires, ainsi que les médias, de donner toute leur place à la reconnaissance des violations flagrantes et massives des droits de l'homme qui se sont produites durant la période de l'esclavage, du colonialisme et des guerres de conquête, et de développer l'enseignement des droits de l'homme;

6. Recommande que des initiatives internationales, nationales ou locales soient prises, notamment sur le plan historique et culturel, par le biais de musées, d'expositions, d'activités culturelles et de jumelages, pour contribuer à cette prise de conscience collective;

7. Estime que les crimes contre l'humanité et autres violations flagrantes et massives des droits de l'homme qui sont imprescriptibles devraient être poursuivis devant les juridictions compétentes;

8. Prie le Haut-Commissariat des Nations Unies de lancer, de manière concertée, une réflexion sur les procédures appropriées permettant de garantir la mise en œuvre de la présente résolution, tout particulièrement en ce qui concerne la reconnaissance et les réparations;

9. Décide de rester saisie de cette question à sa cinquante-cinquième session.



18e séance
12 août 2002
[Adoptée sans vote. Voir chap. IV.]


Une derniere question: Avons-nous entendu parler de ce texte dans les media dernièrement? Cette ommission (ou pas, je ne peux être à l'écoute des media en permanence. Si ce n'est le cas, comme le mentionnait Coluche, "ils ne l'ont pas dit fort") s'expliquerait-elle par le maintient d'un certain tabou?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

11 Comments:

Anonymous Tschok said...

Salut Titophe. Bon, zut, j'avais laissé un com, mais ça a pas marché, j'ai pas logué correctement. Je refais: en gros chuis contre ce genre de textes pétris de bonnes intentions, mais dangereux, parce qu'ils jettent les bases politiques juridiques des procès de demain (dans ce cas, la résolution ne contient pas de normes juridiques applicables en tant que telles). Avec ça, on prépare la judiciarisation de l'histoire et les futures demandes de réparation en monnaies sonnantes et trébuchantes. D'ailleurs, le texte n'est pas dépourvu de précision à ce sujet.

16 décembre, 2005 12:09  
Blogger Titophe said...

A Tschok
Tu as certainement raison. Je souhaitais simplement mettre ce texte en regard de la loi de Fevrier 2005.
Beaucoup considèrent qu'il vaut mieux se focaliser sur l'avenir (ils ont raison sur l'essentiel) au lieu de ressasser le passé.
Je trouve que ce texte a le mérite d'expliquer pourquoi lever les voiles sur certaines parties du passé aujourd'hui restée confidentielle est nécessaire pour regarder l'avenir.
Ceci étant dit, je trouve aussi que la rédaction de ce texte est bien faite et dit les choses mieux que ce que je ne pourrais le faire.

16 décembre, 2005 12:58  
Anonymous Isabelle said...

Je crois, Titophe, que chacun doit reconnaître sa responsabilité. Et en même temps je crois que pour relever la tête, le plus efficace est de sortir de la victimisation et de l'accusation/procès de l'histoire. Rester tourné vers le passé empêche d'avancer. Le passé n'est utile qu'en tant que levier pour le présent et l'avenir. La question n'est pas d'occulter ou d'oublier, mais le passé ne nous définit plus, comme l'enfance ne définit plus l'adulte.

17 décembre, 2005 08:05  
Anonymous Stef said...

Titophe, je pense qu'il y a plus à gagner à écouter une chanson de Corneille et à parler du meilleur des hommes qu'à lire ce genre de texte.
Qui ne connaît pas l'histoire n'est pas innocent, tout le monde est sans être responsable au moins au courant des grandes lignes ! La vie est une histoire de combats ou de séductions…

Bon week-end

17 décembre, 2005 10:03  
Blogger Jean said...

Je partage le point de vue d'Isabelle .

17 décembre, 2005 11:46  
Anonymous Stef said...

http://www.obsac.com/

17 décembre, 2005 13:08  
Blogger Jean said...

"Discuter uniquement entre convaincus est une chose, mais réussir à engager un dialogue avec ces personnes reste mon objectif premier."

Pour engager un dialogue , il faut que chacune des deux personnes soit convaincue que l'autre l'écoute , est ouvert à ses arguments , n'est pas FIGEE .

L'actualité des derniers jours : une deuxième jeune fille brûlée vive par un jeune de sa cité , la loi votée cette semaine pour tenter de diminuer le nombre de mariages forcés , l'enseignante poignardée par un de ses élèves ..vous ont donné les occasions de montrer que vous êtes un interlocuteur qui voit loin , neutre ,qui comprend et dépasse les différents points de vue , qui peut servir d'intermédiaire entre antagonistes .
Vous n'avez rien écrit sur ces sujets .
Pour convaincre ceux qui ne pensent pas comme vous ,ils faut d'abord qu'ils se sentent en confiance ,se sentent compris .
En ne présentant que des arguments à sens unique , même de très grande valeur ,on n'est pas écouté .
Je me mets à votre place , vous êtes blessé , ceux que vous aimez sont blessés , vous êtes à vif .
Mais si votre objectif est d'être EFFICACE , d'atteindre ce dialogue .....

19 décembre, 2005 16:13  
Blogger Titophe said...

Merci pour tous vos commentaires.

Je suis en congés de fin d'année et ai décidé de faire une petite pause coté blog aussi.
J'ai besoin de réfléchir, vos réactions méritent quelques réflexions.

Ce que je regrette le plus, c'est finalement de n'avoir su faire réagir qu'une seule communauté, la communauté blanche chez qui j'ai créé un malaise. Les gens aimeraient avoir un discours plus équilibré. Mais ce blog est focalisé sur un sujet, et je n'en ai pas encore fait le tour.

Je constate que beaucoup préfèrent ne pas ressasser le passé et me proposent plutot de se tourner ensemble vers l'avenir.
Avant toute comparaison nauséabonde, je pense réfléchir à tout l'excellent travail de mémoire qui a été réalisé sur la Shoa et sur les raisons qui ont fait que l'opinion publique l'a accepté et compris. Pourquoi tant de résistances sur l'esclavage et la colonisation? N'est-ce pas exactement la même chose?
Les faits divers de l'actualité de ces dernières semaines ont-ils un lien avec le sujet qui me préoccupe? Lequel?
A dans quelques jours. Je lance par la même un appel aux personnes noires, arabes, etc... qui pourraient avoir un avis différent à s'exprimer.

Bonnes fêtes à tous

20 décembre, 2005 15:45  
Anonymous davej said...

Jean: je suis entièrement d'accord avec vous. Cependant un bémol. J’ai lu récemment quelque part que les idées individuelles ne changent pas dans la population, mais que les mouvements d’opinion s’expliquent en majeure partie par le remplacement des générations. J’aimerais penser que la vérité se situe entre les deux. « Convaincre » n’est peut-être pas le bon mot. Je pense que « favoriser » le changement d’idée est plus proche de la réalité.

Titophe: détrompez-vous les quelques intervenants de ce Blog ne sont pas tous blancs. Ils sont simplement francophones. Je n’en dirai pas plus parce que je trouve sans intérêt de préjudicier le dialogue.

Permettez-moi de me joindre a Titophe et de souhaiter bonnes fêtes à tous.

21 décembre, 2005 06:48  
Blogger Jean said...

Re bonjour Titophe .

Il est possible que ma façon de m'exprimer puisse paraître froide , sèche , peut être même un peu brutale . Je vous prie de m'en excusez si c'est le cas , je n'ai pas du tout l'intention de vous géner en quoi que ce soit , au contraire . Peut être à tort , je me sens tres concerné par votre blog ,un peu comme si c'était le mien tellement j'aimerai que vous réussissiez .
Pardonnez moi si je ne m'exprime pas avec la " diplomatie " nécessaire .

Je ne comprends pas pourquoi vous voulez à tout prix mettre au premier plan l'esclavage des siecles passés . Bien entendu , nous savons tous que cela a été horrible , et moi, le premier , si aujourd'hui , avec une baguette magique , je pouvais me trouver en présence de ceux qui le pratiquaient en ayant un pouvoir sur eux , vous pouvez être assuré qu'ils n'auraient pas recommencé et auraient étés dépouillés de tous leurs biens et chatiés terriblement, pour essayer de réparer les malheurs qu'ils avaient causés .
Mais , cela se passait il y a si longtemps !!!!
Personne sur terre ne survit de cette période , et depuis très longtemps !

Vous comparez avec les massacres des Juifs . Mais quand j'étais enfant , qui ne connaissait pas une personne juive qui avait été déportée et gazée ?
C'est la génération des parents des Français d'aujourd'hui qui ont été complices de la Gestapo , ce n'est pas du passé , c'est encore du PRESENT .
Et que dire des Allemands !!
Je ne veux pas diminuer l'horreur de l'esclavage . Oui , il faut en parler , il faut qu'à L'ECOLE ce soit étudié , veiller à ce que cela ne se reproduise plus .
(Au Soudan , là oui , les occidentaux ont une nouvelle responsabilité pour empêcher plus energiquement les Arabes de faire de nouveaux esclaves )

Mais l'esclavage d'il y a 200 ans ou même 100 ans !!
Imaginez qu'une personne tue un voisin .Le coupable n'est jamais arreté ni même suspecté.
Cent ans plus tard , on découvre la vérité . Que penseriez vous si on arretait l'arrière petit fils du coupable , qu'on le jette en prison pour le crime de son aïeul ?
Les juifs ont demandé quelques capitaux et quelques propriétés leur soient rendus . Ils n'ont pas demandé que l'Allemagne soit mise au banc des nations .
Pourquoi en serait il autrement pour des crimes dont les Français d'aujourd'hui sont totalement innocents ?
Dans quelques jours , nous serons en 2006 .
Aujourd'hui , dans le monde , au niveau des Etats , il y a des problèmes , des injustices . Les Blancs capitalistes sont , aujourd'hui , coupables d'empêcher les pays pauvres de se développer , en particulier les pays Africains .

Aujourd'hui , les pays Arabes veulent exporter leurs lois répressives envers les femmes et envers les non musulmans , cela par la violence .

Aujourd'hui , au niveau individuel , en France , dans de nombreuses régions ,
des Français blancs ont des conduites inqualifiables envers les Africains parqués non seulemrnt dans leurs cités mais aussi dans des emplois précaires si ce n'est le chomage avec en prime des regards dévalorisants .
Et le refus du Parlement de reconnaitre les méfaits du colonialisme est impensable , c'est la honte des députés .(Petit retour vers les fautes des états , excusez le plan qui n'est pas rigoureux, je n'ai pas préparé ce mot )

Aujourd'hui ,ici ,en France , au niveau individuel , des Africains font du trafic de drogue , vols de voiture , insultes , si ce n'est plus , envers les enseignants . Connaissez vous le nombre d'enseignants exerçant dans des quartiers défavorisés qui se sont suicidés depuis 20 ans?
J'ai oublié le chiffre précis , mais je me souviens qu'il est énorme !

Personne n'est completement innocent comme personne n'est completement coupable .
Oui , nous Français Blancs avons commencé les fautes graves , oui , c'est nous .
Oui , nous continuons , oui , il faut que cela s'arrete .
Mais il faut , comme j'ai aimé le lire sur votre dernier message ,que toutes les parties soient appelées à regarder sans à priori les différents problèmes afin de tenter de les résoudre .
Avec des EFFORTS de la part de TOUS .
Les évenements des dernières semaines n'ont pas de lien avec le fait que les Français d'origine blanche ne veulent pas insister sur l'esclavage , vous avez raison , par contre , ils ont contribué à élargir le fossé entre les communautés .
Je vous souhaite de bonnes vacances , nous reprendrons sans doute cela à la rentrée .
De nouveau :JOYEUSES FETES EN FAMILLE .

22 décembre, 2005 17:33  
Blogger Titophe said...

Merci Jean,

Sachez que je tiens grandement compte de tous vos commentaires. Je pense que mon prochain billet sera une reponse a la plupart de vos questions.
Sachez toutefois que la colonisation est un passage de notre histoire plus recent que la shoa.

27 décembre, 2005 15:58  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home