Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

12 décembre 2005

14 - Jeu de Mots

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Lundi 12 décembre 2005

Les mots, les expressions que nous utilisons sont-ils tous issus de notre libre arbitre ? Ne reflètent-ils pas parfois notre âme, notre inconscient qui aime jeter un peu de trouble dans tant d’assurance? Ne révèlent-ils pas aussi l’éternel conflit entre conscient et inconscient? Entre ce que nous souhaitons être et ce que nous sommes?
Alors, quand nous arrivons à les dompter, quelle victoire sur nous-même! Contrôler son langage n’est-il pas un peu contrôler son âme?
Bon j’arrête ici parce que je n’arrive plus à me comprendre moi-même. Mais disons que le thème est lancé.

Je vais bien entendu réduire immédiatement le sujet a celui du blog. Y a t il un vocabulaire, une syntaxe, spécifiques au ressenti raciste? Travailler le langage peut-il offrir un facteur d’évolution? That’s the question of the day!

Je vais essayer de classifier mots, expressions et lapsus en quelques catégories. J’éviterai de citer le langage ordurier explicitement raciste qui ne m’intéresse pas et sur lequel il n’y a rien à faire.

Le mot nègre est suffisament lourd de sens et d'histoire pour que je lui consacre un billet a lui seul. Je vous remercie d'avance pour toute information que vous pourriez me communiquer sur son histoire, son utilisation aujourd'hui et surtout, sur la manière dont il est ressenti par les différentes communautés. Je me bornerai ici à ne citer que les expressions qui l'utilisent.

HERITAGE COLONIAL

Tout d’abord, on peut citer certaines expressions, qui sont un héritage colonial et qui sont encore largement utilisées mais qui s’apparentent au lapsus dès qu’elles sont émises en présence de personnes qu’elles peuvent blesser:
Parler petit nègre: C’est rigolo, même le dictionnaire de Word ne connaît pas ce mot la. On notera, outre l’emploi du mot nègre, le qualificatif «petit» qui en dit long sur l’origine condescendante de cette expression.
Faire la bamboula: l’expression en soit n’a rien de choquant, la bamboula étant une danse, mais souvent les personnes qui l’utilisent sont gênées car le mot «bamboula» désigne aussi de façon péjorative un noir.
Bosser comme un nègre: Je l’entends encore assez souvent. Il s’agit de travailler beaucoup. Héritage direct et évident de l’esclavage.

LE BOBO

Ensuite viennent les expressions, les attitudes ou les remarques des personnes plutôt non racistes, type intellos baba cools. J’aime bien relever intérieurement ce que révèlent leurs paroles :
Quand ils parlent d’un noir, c’est toujours un type formidable, génial, etc… Vous ne les entendrez jamais dire que c’est un con. Pourtant, je trouve qu’il y a autant de cons noirs que de cons verts, si vous voyez ce que je veux dire. Pour éviter toute polémique inutile, j’ai conserve ma précieuse « carte de con » de mon adolescence et je revendique de toujours en être un, très officiellement.
«Ils ont le rythme dans la peau». Pfff, qu’est-ce que ça m’énerve ! Comme si avoir ou pas le sens du rythme était une obligation. Je me souviens d’un collègue Camerounais professeur qui dansait absolument comme un pied. Et alors, quand un noir arrive sur une piste de danse, quelle pression, quels regards attendant le show!

CIRCONVOLUTIONS

Viennent ensuite des mots, des expressions qui trahissent un certain malaise à dire les mots directement. Est-ce là le signe d'une prise de conscience inconsciente? (j'aime bien cette formule, l'autosatisfaction est un bon moteur)
«Un black» est aussi très utilisé par les gens cools qui connaissent pleins de «blacks». Idem, vous ne leur ferez jamais dire «noir» tous simplement. Ils font un blocage, ils s’autocensurent car ils doivent faire une association péjorative, je ne sais pas.
Dans le même genre, «gens de couleur» me fait bien rire. Le monde blanc étant certainement plein de gens translucides. Que de circonvolutions et de pirouettes syntaxiques pour ne pas prononcer les mots tout simples que sont noirs, arabes, métis, asiatique, etc... Ils ont pourtant le mérite d'être précis et ne portent en eux aucune injure, aucun irrespect!

Allez, je ne résiste pas au plaisir de mentionner ci-dessous un petit texte qui circule depuis bien longtemps sur Internet et qui a pour effet de divertir plus que de convertir:

POÈME D'UN NOIR POUR UN HOMME BLANC

Lorsque je nais, je suis noir.
Lorsque je grandis, je suis noir.
Lorsque je suis malade, je suis noir.
Lorsque j'ai froid, je suis noir.
Lorsque j'ai peur, je suis noir.
Lorsque je vais au soleil, je suis noir.
Et lorsque je meurs, je suis et je reste noir.

Toi, homme blanc,
Tu nais, tu est rose.
Tu grandis, tu es pêche.
Tu es malade, tu es vert.
Tu as froid, tu es bleu.
Tu as peur, tu es blanc.
Tu vas au soleil, tu es rouge.
Et lorsque tu meurs, tu es mauve.

Et tu oses me traiter d'homme de couleur!


Le verland est fortement utilisé par la jeunesse. Nous trouvons les mots reubeu et renoi désignant dans l'ordre les mots arabe et noir. Il est intéressant de noter ici que les jeunes aussi adoptent une forme de censure linguistique.
J'hésite sur beur. Historique: Beur, verlan de arabe. a-ra-beu = beu-ra-a et par contraction beur. On peut le classer ainsi dans les mots en verland, mais il s'agit aussi d'un mot politiquement correct puisqu'il est abondament utilisé dans les média. Il est intéressant de remarquer que même ces derniers préfèrent parler en verland. N'assiste-t-on pas ici à une généralisation de certaines inhibitions de langage? En faisant de l'humour de très mauvaise qualité, je trouverais drole que l'on renomme Rachid Arhab en Rachid Beur... Zut, c'est pas possible, Le Beur n'est pas à Rachid, c'est l'huile! Sorry, it's the last one...



A LA MODE

Et finalement, le politiquement correct.
Couples mixtes est une expression qui me touche directement. En effet, jusqu'à présent, l'adjectif mixte représentait pour moi une pluralité sexuelle. Par école mixte je comprenais un lieu d'éducation dans lequel les élèves étaient filles et garcons mélangés. Par mixité en politique, je comprenais la représentativité des femmes autant que des hommes. Ainsi, par couple mixte, je comprenais couple hétérosexuel. Mais là, erreur! Tout le monde comprend par "couple mixte" un couple dont les ethnies diffèrent. Je suis donc allé consulter un dictionnaire et ai trouvé la définition suivante:
MIXTE: , adj. et subst. masc. Qui comprend deux ou plusieurs éléments de nature différente... Nous serions donc de nature différente. A méditer calmement.


Que dire du mot «tolérance»? Je suis très surpris de voir qu’il est utilisé pour designer l’apaisement des relations entre ethnies tout en étant aussi utilisé pour illustrer le pardon pour des actes délictueux. C’est par exemple la fameuse «tolérance zéro» de la dernière campagne chiraquienne. Ainsi, il faudrait seulement se tolérer les uns les autres. En d’autres termes, s’accepter, se reconnaître sont des objectifs que l’on n’envisagerait même pas. Se tolérer représenterait une l’étape ultime. N’est-ce pas reconnaître implicitement que les hommes sont encore trop pleins de préjugés?

Minorités visibles est une expression à la mode. Je l’aime assez car elle pointe sur les différences comme étant celles de l’apparence uniquement.

Etre le nègre de quelqu'un, désigne celui qui fait le boulot à la place de l'autre, ce qui est bien à l'image d'une réalité historique.



CONCLUSION

Jusqu'à maintenant, j’ai recherché les racines du mal et suis convaincu que le racisme s’acquiert, que l’être humain nait vierge de ce ressentiment. Par ce petit billet, je me pose la question de savoir s’il ne s’entretient pas sournoisement.

La liste est infinie. Aussi, je vous propose un petit jeu. Si vous pensez à une expression, un mot, ou une attitude qui méritent d’être cités ici, faites le moi savoir et je me ferai un plaisir d’effectuer une mise a jour. De même, si vous pensez que les expressions déjà mentionnées méritent un complément de commentaire, n’hésitez pas à vous manifester.

Bonne semaine !

Apparté: SIGNEZ la pétition unitaire pour obtenir l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005
Fin de l'apparté.



Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

25 Comments:

Blogger Jean said...

Vous avez eu une excellente initiative en abordant ces questions .
Comme vous le dîtes , les mots façonnent sans que nous en soyons conscient notre façon de voir .

12 décembre, 2005 15:51  
Anonymous Isabelle said...

Je suis d'accord, le racisme s'acquiert: il n'y a qu'à regarder nos enfants, petits ils ne voient pas les différences raciales.
Expressions: saoul comme un polonais, têtu comme un breton (ça j'connais!), parler comme une vache espagnole, etc...
A propos des blacks: mes enfants, eux-mêmes "de couleur", parlent de reubeu et renoi.
Etre le nègre de quelqu'un est aussi pour moi assez significatif: c'est celui qui fait le boulot à la place de l'autre, ce qui est bien à l'image d'une réalité historique.

Et mon amie capverdienne, donc noire, chez qui j'ai passé les vacances de Noël, sur Gorée, il y a 2 ans, parlait elle-même des nègres. Pourquoi ce terme est-il devenu péjoratif? Il est seulement la traduction de l'espagnol et du portugais "negro" (premier marchands d'eclaves), ce qui en soit n'a rien de raciste, c'est juste une constatation de différence, comme on peut dire que je suis brune, un tel blond,roux, etc... aujourd'hui cela me parait absurde. Nègre est simplement inapproprié dans notre langue française, mais je ne lui confère aucune connotation insultante. Evidemment, tout dépend de la personne qui s'exprime. Mais, si mon amie africaine l'emploie, elle sait mieux que moi de quoi elle parle. Je pense que si les français disent blacks, c'est simplement que l'emploi d'un terme étranger le minimise et ravive moins leur culpabilité. Je me rappelle que lorsque je vivais avec mon mari anglais, je jurais souvent en anglais, utilisais parfois des mots très grossiers qui me semblaient moins graves dans une langue étrangère, même si je suis bilingue. Et c'est pareil, à mon sens, pour toutes les paraphrases utilisées. Je joindrai sur un prochain commentaire (il faut que je le retrouve) un petit poème congolais très approprié.

12 décembre, 2005 19:12  
Anonymous Isabelle said...

POÈME D'UN NOIR POUR UN HOMME BLANC

Lorsque je nais, je suis noir.
Lorsque je grandis, je suis noir.
Lorsque je suis malade, je suis noir.
Lorsque j'ai froid, je suis noir.
Lorsque j'ai peur, je suis noir.
Lorsque je vais au soleil, je suis noir.
Et lorsque je meurs, je suis et je reste noir.

Toi, homme blanc,
Tu nais, tu est rose.
Tu grandis, tu es pêche.
Tu es malade, tu es vert.
Tu as froid, tu es bleu.
Tu as peur, tu es blanc.
Tu vas au soleil, tu es rouge.
Et lorsque tu meurs, tu es mauve.

Et tu oses me traiter d'homme de couleur !

Poème, selon les sources, congolais ou sud-africains

ps: Titophe, bien sûr, je vais te mettre en lien, c'est juste que je suis lente...

12 décembre, 2005 19:17  
Anonymous Alarc'h said...

Isabelle, ce petit "poème" est un modèle de racisme tout à fait insupportable, et il est allé directement à la poubelle quand quelques malins on essayé de l'afficher dans mes bureaux. Le racisme marche dans tous les sens, il ne faut jamais l'oublier. Je suis blanc, je travaille avec des noirs puisque je suis dans un pays où une grande partie de la population l'est. Mais jamais je n'accepterai d'avoir "honte" d'éventuels ancêtres négriers, pas plus que mes collègues n'ont à avoir honte d'éventuels ancêtres esclaves. La vie est assez dure pour se concentrer sur les vrais problèmes et ne pas toujours s'abriter derrière le passé.

Quant au terme nègre, il n'a pas aux antilles de valeur péjorative en créole, et si les blancs le sentent ainsi c'est uniquement à cause de leur "mauvaise conscience" que je ne comprends pas. Raphaël Confiant disait lui-même qu'il n'avait pas assez d'imagination pour entendre le bruit des fouets et sentir les chaînes sur sa peau... Dois-je aller tordre le cou de Villiers sous le prétexte que mes ancêtres étaient serfs en Vendée et en Bretagne il y a quelques siècles ? Personnellement je ne le pense pas, je trouve même cette idée assez ridicule.

Et je préfère travailler avec des "nègres" compétents que fréquenter des bobos parisiens qui adorent les "blacks", mais sans jamais les fréquenter. Et je peux vous confirmer que je connais aussi quelques nègres vraiment très très cons... et voilà bien la preuve qu'ils font à part entière partie du genre humain !

13 décembre, 2005 01:56  
Anonymous davej said...

Cher Titophe, votre message est rafraichissant. J’ai l’impression que pas mal de ces expressions disparaissent tout doucement. Je n’ai pas entendu baboula ou petit nègre depuis des lustres sauf peut-être à la télé pendant un gag de Michel Leeb justement.

"Black", se porte bien, c’est vrai que c’est assez catastrophique. Pourquoi pas noir ou africain?

Beur” mais qu’est-ce que ça veut dire au juste?

Le poème est un peu niais, mais pourquoi est-il raciste?

L’article 4, il est bien gratiné hein! Mais la pétition n’est pas mal non plus.

13 décembre, 2005 08:31  
Anonymous dj said...

“Le poème est un peu niais”. L’art est une question de goût, on me dit que j’en ai peu justement, donc ma critique est sans valeur Isabelle :)
Disons que la rime blanc, rose, vert ne marche pas pour moi.

13 décembre, 2005 08:37  
Blogger Titophe said...

A Isabelle:
Merci de vos commentaires. Je viens de modifier le billet afin d'en tenir compte. Notez cependant qu'il me semble difficile de parler du mot "nègre" sans l'isoler dans un billet qui lui serait entièrement consacré. J'ai encore besoin de matière avant de m'y atteler. Merci encore pour le lien.

A Alarc'h:
Le racisme "anti-blanc" comme vous le déplorez existe. Sans le nier, je pense qu'il est important de le remettre dans son contexte et surtout de le comparer a son cousin le racisme anti-noir. J'aurais meme tendance a dire que l'un est l'ancetre de l'autre, mais cela n'engage que moi. Pour compléter ma réponse, je vous invite à parcourir un de mes premiers billets dans lequel j'essayais de décrire les différentes formes de racisme.

Pour les bobos parisiens, je suis assez d'accord avec vous. Une certaine hypocrisie règne dans ce milieu finalement très individualiste.

A Davej:
Merci pour me rappeler le mot "Beur". J'aimerais bien le rajouter dans ce billet. Quelqu'un peut-il me donner son origine? Merci d'avance!

A DJ:
Oui, parler de poème est peut etre exagéré. Disons qu'il s'agit d'un texte divertissant, sans plus.

Encore merci à tous. J'ai très peu de temps actuellement à consacrer à ce blog, aussi dois-je uniquement compter sur mes trajets en train pour pouvoir passer quelques minutes quotidiennes à la rédaction de mon prochain billet (intitulé "L'armure") que je ne pourrai poster que plus tard. Cela permettra éventuellement à celui-ci de murir encore un peu grace a vous.

13 décembre, 2005 09:22  
Anonymous Isabelle said...

Beur, verlan de arabe :
a-ra-beu = beu-ra-a et par contraction beur.
après vérification sur wikipédia

13 décembre, 2005 10:36  
Blogger Titophe said...

Merci Isabelle!
J'ai donc pu rajouter ce mot dans la liste.
Vous etes pour l'instant largement en tete du jeu! Est-ce un signe de votre sensibilité particulière aux mots?

13 décembre, 2005 10:59  
Anonymous Stef said...

J'ai du mal à te suivre Titophe, tu es quelqu'un de très sympa mais je n'ai pas l'envie de me responsabiliser sur la victoire en chantant. Des noirs furent aussi des esclavagistes, et pour moi la couleur n'a pas d'importance, je suis sensible à toutes les beautés !
Si je croise un Allemand aujourd'hui, par délicatesse je ne vais pas lui parler des nazis.
On est dans une société qui est dure pour tout le monde, il faut se battre tous les jours pour y avoir sa place. Evidemment c'est simple de rapprocher Le Pen et Sarko mais le problème est avant tout économique, personnellement je pense que Martine Aubry a fait plus de mal avec sa loi sur les 35 H que Sarkozy avec ses dérapages verbaux. On a toujours l'impression que les grands groupes en France gagnent énormément d'argent, on a raison mais ils font leurs marges sur des gens et des ressources exploités ailleurs. En bossant moins on ne pouvait pas générer plus de compétitivité, il faut être naïf pour le penser !
Moi qui suis un petit patron, je peux te dire que je ne sais pas combien de temps je pourrais encore fabriquer en France, 5 ans maximum, ensuite je resterai en France mais je ferai autre chose !

On achète tous des produits qui viennent de l'autre côté du monde ou la condition des hommes n'est pas loin de la condition d'esclave et l'on s'étonne que les enfants des citées doutent de l'avenir. Pour voter oui aux européennes on nous a montré l'exemple de l'Airbus, j'en suis un sous-traitant et je reçois les courriers des équipementiers qui me demandent de délocaliser pour réduire mes coûts ! On peut avoir les meilleures idées, l'état avec sa caisse vide ne donnera plus satisfaction à personne et ce sont les plus pauvres, donc souvent les populations d'origines étrangères qui en sont les premières victimes. J'ai bossé en usine avec des étrangers, il y a 20 ans on étaient tous plus sereins les uns avec les autres, maintenant tout le monde se sent victime et agressé !
Vraiment quand Chirac aura fait son cinéma pour dire que nous étions de vilains blancs à l'époque coloniale, le problème restera le même ! On dira peut-être alors comme le président algérien que les harkis étaient des collabos, ce qui ne fera pas plus de bien à leurs enfants !
Depuis pas mal de mois personne n'avait fait attention à cet article 4 et soudainement pour raviver des haines à un moment délicat on nous ressort le truc. C'est de la manipulation, il y a des choses bien plus graves dans la constitution !

J'ai l'impression qu'à se rappeler tous les jours son histoire, le Proche Orient ne s'en remettra jamais et que nous suivons ce chemin à ne pas regarder les problèmes d'aujourd'hui !
Franchement je ne pense pas que les Français soient plus racistes que d'autres mais qu'on ira vers des radicalisations à continuer cette politique mondiale !

13 décembre, 2005 11:05  
Blogger Titophe said...

A Stef:

Ce problème n'est pas nouveau. Ce qui est nouveau, c'est que l'on en parle. C'est un peu comme la pédophilie, sans faire d'amalgame.

La mondialisation a cela de positif qu'elle met les hommes en face de vérités qu'ils ont enterrées au plus profond de leur carapace. Attention, je suis un employé de Hewlett Packard et suis pour l'instant une victime de cette mondialisation. Mais j'essaye de profiter de cela pour réfléchir.

Personne ne changera l'histoire, c'est une évidence. Par contre, le monde devenant de plus en plus petit, nous sommes confrontés maintenant à des regards nouveaux sur ce que nous avons jusqu'ici considéré comme LA vérité, notre propre vision de notre histoire.

Tu peste, et tu as raison, contre ce monde pris de vitesse qui s'emballe et perd peu a peu tout controle sur sa destinée. Ne penses-tu pas qu'il est temps de remettre un peu de sagesse dans la machine en acceptant certaines remises en cause?

Je n'ai la prétention de détenir aucune vérité. J'ai par contre la certitude que s'interroger est un droit, et je l'exerce.

13 décembre, 2005 11:36  
Anonymous Zebu32 said...

Super beaucoup méga intéressant, ton post (je découvrirai la suite de ton blog plus tard, si tu me le permets). Je t'autorise bien sûr à réutiliser la citation de La Rochefoucauld. Préviens-moi le jour J pour que je vienne lire ce que tu en auras dit !

13 décembre, 2005 11:40  
Anonymous Marie said...

Bonjour Titophe
Je reviendrais lire plus tard. Merci pour ton commentaire et ton lien. Marie

13 décembre, 2005 11:59  
Blogger blaise said...

titophe bravo pour ce blog!!! très interessant, plein de bon sens et de réflexions toutes plus intelligemment menées par toi et les habitués...(isa et jean) Continuez je viendrais jeter un coup d'oeil assez souvent je pense...il faudrait plus de gens pour peser le pour et le contre de chaque situation comme vous, ne jamais faire d'amalgame et à chaque phrase peser ses mots en france en ce moment... meme si jen ai un peu marre d'entendre parler de race à tous les coins de rue depuis les émeutes.

13 décembre, 2005 12:43  
Blogger Titophe said...

A Zebu32:

Merci! Pour ne pas l'oublier, je la recopie déjà dans ce commentaire:

"La parfaite valeur est de faire sans témoins ce qu'on serait capable de faire devant tout le monde."
La Rochefoucauld


A Marie:
Merci! Si tu veux, nous pouvons faire un échange de bons procédés et rajouter chacun un lien vers nos blogs respectifs.

13 décembre, 2005 12:46  
Blogger Titophe said...

A Blaise:
Merci pour tes encouragements. Tu peux toi aussi contribuer a ces réflexions en partageant tes commentaires, tes points de vue, et... l'URL de ce blog avec tes amis!

13 décembre, 2005 12:56  
Anonymous Stef said...

Un lien qui va dans le sens des droits de l'homme et de la femme.

http://www.niputesnisoumises.com/html/

13 décembre, 2005 16:09  
Anonymous Marie said...

J'ai ajouté ton lien sur mon blog Thankyou.
Marie

13 décembre, 2005 16:53  
Blogger Titophe said...

Merci! Je fais de meme!

13 décembre, 2005 16:55  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, avant d'écrire un papier sur racisme et exclusion, j'aimerais, par soucis d'intégrité personelle, partager par mail avec vous. Ceci à à voir aussi avec le lien. Est-ce ok de m'envoyer votre adresse mail? merci

13 décembre, 2005 18:22  
Anonymous davej said...

Et tu oses me traiter d'homme de couleur!

C’est vrai que “gens de couleur” ça se dit beaucoup. N’est-ce pas le contraire? Le noir est l’absence de couleur, et le blanc c’est en revanche une vraie couleur?
Il faudrait un artiste pour m’éclairer sur ce point. Si c’est le cas, c’est une ironie sémantique, et je ne suis probablement pas le premier à le remarquer.

14 décembre, 2005 06:22  
Anonymous Deegee said...

Salut, salut du Québec, en cette nuit du 20 novembre 2006! J'ai bien aimé ton blogue, moi qui suis en partie mulâtre de mulâtres! J'ai une petite expression pour toi. Je ne sais pas vraiment si elle est propre à mon coin de planète, mais bon, ça sera à fouiller! La voici donc: Un plan de nègre(s?), quand on parle de quelque chose d'alambiqué, de compliqué, de nébuleux. Voilà! Merci et continue! Ça amuse et fait penser, un cocktail imbattable!

21 novembre, 2006 07:36  
Blogger Titophe said...

Merci Deegee! Effectivement, cette expression semble typiquement Quebequoise car c'est la premiere fois que je la lis. ;-)

Merci pour ton passage et au plaisir de t'accueillir souvent dans l'avenir!

21 novembre, 2006 11:09  
Anonymous Victoriashu said...

Bonjour,

J'ai découvert ce blog hier et je le trouve intéressant pour le moment (je n'ai pas fini de le lire :) ).

Je suis sénégalaise, avec d'autres origines, et j'ai toujours fait des vas et vient entre le Sénégal et d'autres pays. Par conséquent j'ai un très mauvais accent quand il s'agit de m'exprimer en wolof (le dialecte le plus usité) et les sénégalais ont toujours du mal à croire que je sois sénégalaise d'autant plus que je n'en ai apparemment pas trop le physique classique. Tout ça pour dire qu'on peut subir le racisme dans son propre pays et qu'on peut être noire et se faire traiter de blanche...

Ca fait maintenant 3 ans que je vis en France et j'en ai marre des préjugés. J'en ai d'autant plus marre que je ne les comprends pas. Quand je vivais aux Etats Unis ce n'était pas le même genre de "racisme". Les gens n'en avais rien à faire de la couleur de peau par contre ils étaient condescendants avec ceux qui n'avaient pas de travail et /ou étaient en difficulté économique. Ils considéraient que la personne qui ne réussit pas le fait exprès...

Pour revenir à votre liste Titophe, aux Etats Unis le mot "neger" a été réapproprié par les noirs pour en faire une fierté, une reconnaissance du fait que leurs ancêtres étaient des esclaves. Pour se réapproprier ce mot, ils ont par exemple changé son orthographe en "niggaz" ou "nigga".

Voilà et meilleurs voeux pour la nouvelle année.

P.S. J'ai mis un lien de ce blog sur le mien: http://20six.fr/victoriashu

07 janvier, 2007 19:20  
Blogger Titophe said...

Bonjour Victoriashu et bienvenue! C'est toujours une grande joie d'accueillir de nouveaux visiteurs qui deviendront, je l'espere, de nouveaux fidèles dans la critique comme dans la proposition et dans un esprit de partage.

08 janvier, 2007 10:10  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home