Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

26 février 2006

31 - Complexes et susceptibilité

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Dimanche 26 Février 2006

Le sujet est délicat. Je crains que mon propos d’aujourd’hui soit mal interprété et se retourne contre moi en me prêtant des pensées qui ne sont pas les miennes.
Pourtant je prends ce risque car mon objectif reste inchangé, je souhaite décortiquer le racisme, ses causes et ses manifestations pour permettre de mieux le combattre. Il est parfois nécessaire de déranger les consciences, et j’aimerais pour cela avoir le talent de certains blogueurs pour le faire avec le plus de tact possible.

L’hégémonie occidentale s’est développée au cours du temps en s’accompagnant d’un complexe de supériorité. C’est la base principale du racisme qui résiste toujours a l’usure du temps dans l’esprit de nombre de nos contemporains. Malheureusement, ce complexe est accompagné par son corollaire, un complexe d’infériorité de certaines personnes conditionnées par des siècles d’aliénation. Celui-ci est avant tout le carburant du fatalisme, frein terrible a l’évolution positive des peuples laissés pour compte.
Une anecdote parmi d’autres : J’ai connu en Afrique des personnes noires qui souhaitaient se faire soigner par un médecin blanc car elles ne faisaient pas confiance au médecin noir, tout aussi compétent, qui devait normalement les prendre en charge. Il s’agit bien entendu d’une vision très négative de leur propre image que ces individus projettent sur le malheureux médecin. Une telle anecdote est du pain béni pour les racistes en tout genre qui ne ratent pas une occasion de détourner certains faits afin de rajouter une pierre à leur édifice pitoyable.

Cette mésestime de soi de certains s’avère insupportable à d’autres, à juste titre. Aussi, pour compenser, se développe un sentiment de fierté. Je regrette l’inefficacité de celui-ci, et même sa malignité. Encore une fois, cette fierté se retourne contre ceux qui la ressentent, car elle alimente trop souvent une certaine mauvaise foi et un certain aveuglement, occulte le sentiment critique et ne permet pas de voir la réalité avec recul. J’opposerais ici la fierté à la dignité, la seconde se nourrissant de l’estime de soi.

C’est une forme aussi de victimisation parfois justifiée, parfois déplacée. Se développe ainsi une susceptibilité à fleur de peau qui n’admet plus aucune critique et surtout n’autorise plus l’autocritique. Au nom des souffrances du passé, parfaitement inexcusables et qui doivent, encore une fois, être reconnues et réintégrer leur place légitime dans l’histoire de l’humanité, on ne peut pourtant pas considérer ce passé comme la seule cause du mal qui ronge les quatre cinquièmes de notre planète. En d’autres termes, tout n’est pas toujours de la faute des autres. Toutes les critiques ne sont pas forcément des actes racistes parce que ceux à qui elles s’adressent ne sont pas blancs de peau. Certaines peuvent même s’avérer utiles, à condition de les prendre pour ce qu’elles sont sans chercher de sous-entendus.

Afin d’éviter de froisser cette susceptibilité, une forme d’auto censure frisant l’hypocrisie empêche trop souvent une spontanéité dans la communication, ce qui ne fait que renforcer le communautarisme. Pour dépasser et vaincre le racisme qui ronge nos sociétés, il faudrait pourtant pouvoir vivre, travailler, rire ensemble sans devoir constamment surveiller son propos en fonction de l’identité ethnique de chacun.

Parler d’une personne noire, quand on est blanc, et le trouver con ou moche ne signifie pas automatiquement que l’on attribue cette faiblesse à sa couleur. On peut aussi par la critique reconnaître le caractère universel de la connerie, faculté qui rapproche pourtant tellement les hommes qui la partagent très équitablement…




Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

PS: Je compte sur vous, la liste n'est pas terminée!

30 Comments:

Anonymous Stef said...

Une bien mauvaise image de Saragosse ce week-end.
Le FC Barcelone a enchaîné par un succès sur la surprenante formation de Saragosse (2-0). La rencontre a été marquée par la volonté du Camerounais Samuel Eto'o de quitter le terrain en raison de cris racistes (76e). Mais il a finalement été convaincu de rester par l'arbitre, Ronaldinho et son entraîneur Frank Rijkaard.

27 février, 2006 09:42  
Anonymous Isabelle said...

Evidemment, Titophe, je ne peux qu'être d'accord, au moins en grande partie...Je me rends compte, en outre, que notre société, au nom du respect, bascule dans une neutralité lisse et monotone, exprimée en particulier par une perte d'humour notoire.Le "Politically correct" est la règle, au détriment de la diversité, de l'auto-dérision, de la joie.
L'important, à mon sens, est moins de pointer les disfonctionnements, que d'en trouver les pouquoi et les pour quoi, afin d'en trouver l'issue. Et, à mon sens, la première solution est de regarder l'autre, quel qu'il soit et d'où qu'il vienne, comme une part de soi-même....RESPONSABILITE! ;-)

27 février, 2006 10:22  
Anonymous Anonyme said...

On combattra le racisme en dénonçant aussi l'hypocrisie. Je ne suis pas de race noire mais j'ai assisté parfois à des scènes qui m'on choqué en Afrique du Nord.
Le fait ? Mariage entre un Noir et une Maghrebine ! La famille de la mariée à la vue du marié s'est mis à se moquer de la personne en scandant une chanson en arabe... Malheureusement pour elle, le Noir parlait et maîtrisait bien l'arabe ! La fin de l'histoire ? Les deux amoureux ont quitté le pays pour aller vivre en Europe (Hollande).
Voilà un exemple du racisme qu'on doit continuer à dénoncer.
Alain Serbin

27 février, 2006 10:38  
Anonymous EMMA BENJI said...

Bonjour,
Bon moi je pense que tant qu'on fera attention a la couleur, la race ou la religion avant de s'exprimer, ca veut dire quelque part qu'on est raciste.
Etre raciste c'est "ne pas se comporter nomralement a cause d'un critère racial".
J'etais dans un foyer à lille ou y avait de toutes les couleurs et toutes les races.
Mon meilleur ami c'etait Hervé. on s'est croisé aux cuisines, et je lui avais dit "finalement y a que des africains qui cuisinent", il m'a repondu "je suis francais moi" et j'avais repondu "oui c ca francais, tu as surement des origines africaines, parce qu'a la base, les francais etaient tous blancs!". Il ne l'a pas du tout pris mal. je me souviens que meme apres chaque fois qu'il me taquinais ou se moquait de moi , je lui disais "c ca raciste! tu n'aimes pas les arabes!"... mais c'etait pour plaisanter, quelque sorte l'arguement que je sortais quand je ne trouvais rien a dire... et tout se passait bien entre nous.
on a eu une fois une discussion pour parler de preferences, "preferes tu les filles noires ou blanches?".
Cet été j'avais croisé un DJ celebre, black, qui passait son temps au soleil avec des cremes bronzantes. Et je lui avais demandé "pq est ce que tu essaies de bronzer puisque tu es noir?"......
C'est ca pour moi ne pas etre raciste, c de pouvoir parler et rire de tout sans se sentir persécuté ou ma à l'aise!

27 février, 2006 11:20  
Anonymous EMMA BENJI said...

Alain, je pensais que tu etais noir... alors tu es d'ou? tu n'es pas africain?
Maintenant par rapport a la scène qui t'a choqué, sache que les arabes et particulièrement ceux de l'afrique du nord, n'aiment pas ceux qui ne sont pas excatement comme eux. Surtout quand il s'agit de mariage... deja y a quelque années a djerba, les gens prenaient mal qu'une de leur fille epouse un non djerbien... Que dire s'il n'est pas tunisien, pas musulman , pas du meme milieu social, pas de la meme couleur!
J'ai une cousine qui a epousé un italien,pendant des années mes oncles n'ont pas voulu lui adresser la parole... je crois que personne n'avait dit ils sont raciste...Et c'est la me chose si tu epouses un noir

27 février, 2006 11:29  
Blogger gladysdit said...

Ma mère est medecin est au départ elle a vraiment galéré. Les gens venaient au compte goutte, puis ils ont appréciés et sont restés. Le bouche à oreilles à fait le reste. Mais, la différence entre ma mère est moi, c'est que pour travailler, elle n'avait besoin de personne. Il n'y avait pas de recruteur pour lui barrer le chemin. Le problème de nous autres, c'est que pour faire nos preuves, il faudrait déjà nous laisser entrer...

28 février, 2006 11:33  
Anonymous EMMA BENJI said...

Mais bon, moi ce qui m'a marqué en allant en france c'est qu'il y avait plsu d'arabes et de noirs que de blancs...un pe partout. Je ne vois pas comment ils peuvent faire de la discirminations parce que les arabes et les noirs travaillent partout et dans tous les domaines... A lille et a paris en tout cas c'est impressionnant!

28 février, 2006 18:02  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour.
Je viens de tomber sur ce blog que j'ai regarde vite fait.
Je n'ai pas vu si vous parlez de ceux qui se font traiter de Gaulois dans des cites par des jeunes plus bronzes qu'eux ...
Je voudrais apporter quelques temoignages.
Je suis un peu gene par le message habituel qui sous-entend que seuls les blancs sont racistes.
Je pense que le rejet d'un autre different(couleur de peau, religion, culture ...) est universel et qu'on oublie trop souvent de le dire.
Ma femme est prof d'anglais. Elle avait etudie un texte sur une ecole americaine reservee aux noirs. Et les lyceens n'arrivaient pas a realiser que c'etait les noirs qui voulaient rester entre eux. Ils etaient tellement impregnes du cliche du noir victime, qu'ils n'arrivaient pas a decoder le texte.
Un autre temoignage. J'ai une collegue tunisienne. Une de ses cousines sortait, horreur, avec un noir. Son pere en vomissait tellement il en etait malade. C'etait la honte pour la famille. Elle a du quitter le domicile familial, aucun de ses freres et soeurs( nes en France ) n'ont leve le petit doigt pour la defendre!
Je me souviens d'une camera cachee ou une jeune fille blanche ramenait un fiance noir a la maison. Ca s'etait bien passe. Mais est-ce qu'il serait politiquement correct de faire ca dans une famille maghrebine ou chinoise ??

Une derniere chose. Il est important de se souvenir de la traite des noirs emmenes en Ameriques. Il ne faudrait pas oublier l'esclavage pratique beaucoup plus longtemps par les musulmans.
http://www.herodote.net/motesclave2.htm
J'avais lu un extrait d'un roman de St-exupery ou il parlait d'un esclave noir au Maroc qu'il ne pouvait pas emmener. Il etait dans une region trop reculee ou le pouvoir francais etait trop faible. Il se serait fait lyncher. ( il a finalement reussi a le racheter ).

J'espere que ce blog servira a denoncer toutes les formes de rejet.

Vive SOS-racismes ! A bas SOS-racisme !

01 mars, 2006 07:04  
Blogger Titophe said...

A Anonymous:

Oui, il existe plusieurs formes de racisme. Je l'ai d'ailleurs decrit il y a longtemps dans un billet.

Ceci etant dit, le monde aujourd'hui a une facheuse tendance a ne valoriser qu'une vision unipolaire du monde, celle des occidentaux. Ceci a pour effet d'entretenir une des differentes formes du racisme qui est celle des blancs envers les autres. Mais bien entendu, le racisme, comme la connerie, est un mal universel et nul n'y echappe.

01 mars, 2006 13:57  
Blogger gladysdit said...

Je viens avec un sujet "hors sujets", mais tout de même en corrélation avec ce blog : le cas juridique "Fofana"

Née sur le sol français il y a 25 ans, ce "barbare" comme il s'est judicieusement fait appellé, tente désormais avec ces "avocats" de se jouer de la justice. Il est en train de dire qu'il n'est pas" français" , puisque ses parents sont ivoiriens. C'est du foutage de gueule!

Il va dans le sens de Sarkozy et Lepen, qui pendant les émeutes en banlieues, voulaient déchoir les émeutiers de leur nationalité française. Si cette manipulation fonctionne avec fofana, je parie que la politique française en matière de nationalisation et d'immigration va en prendre un coup et un durcissement sans précédent pointera le bout de son nez. Je m'étonne que Sarkozy ne soit pas encore entrer dans la brèche d'ailleurs!

02 mars, 2006 13:15  
Anonymous EMMA BENJI said...

oui, mais la manoeuvre de Fofona est logique, s'il avait commis un crime en cote d'ivoire, il aurait agi de meme en pretextant le fait de devoir rester en France

02 mars, 2006 14:29  
Blogger gladysdit said...

Oui, mais là, il joue sur la fait d'être ou ne pas être français. Il peut demander comme bertrand Cantat, à être jugé en Côte-d'Ivoire, mais pourquoi faire valoir le fait qu'il ne serait pas "Français"? C'est là selon moi, que se trouve le problème.

tout le monde s'est offusqué pendant les émeutes que Sarkozy et Lepen demandent que les émeutiers naturalisés français, donc français, soient renvoyés dans leur pays d'origine. Moi, ça me choc qu'un "français" joue de ses origines ivoiriennes à présent. Mais peut-être que je ne comprends rien à la justice! En tout cas ces sûrs que c'est dans son intérêt de jouer sur ce tableau.

02 mars, 2006 15:17  
Anonymous Stef said...

A voir
http://www.france5.fr/ripostes/

02 mars, 2006 16:22  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour Titophe!
Petit passage pour te dire que j'apprécie ce débat
Domi

02 mars, 2006 16:32  
Anonymous Stef said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

03 mars, 2006 08:57  
Anonymous EMMA BENJI said...

Au fait Titophe, pour ceux qui ne sont pas à jour avec tes posts, tu n'as pas précisé comment t'es venu l'idée de ce sujet et j'en parle.

J'ai prévenu une fois sur un autre Blog que le mien que j'allais inséré ma photo pendant 24 h.
C'est ce que j'avais fait, et au bout des 24h, j'avais enlevé ma photo et mis à la place celle d'un noir tres moche.Et du coup, l'auteur du blog ou j'avais parlé de la photo s'est énervé, et m'a accusé d'être raciste.
J'avais alors envoyé un mail à Titophe pour avoir son avis, d'ou le texte.
Est ce qu'il ne faut jamais montrer une photo d'un noir moche? est ce qu'il faut faire attention aux susceptibilités possibles des uns et es autres ou faut il se conduire normalement?
En gros, faut il se conduire normalement face à un noir, un arabe, un juif et maintenant la nouvelle tendance un musulman ou faut pas!

je tiens a signaler qu'hier ma soeur a trouvé sur internet un site anti-islam! est ce qu'un site anti-juif serait resté sur internet???
J'ai decidé d'en parler tres prochainement. Mais j'ecris au feeling. pas envie d'écrire un post pour le moment!

03 mars, 2006 09:40  
Blogger Titophe said...

A Gladys et Stef:
Pour moi, le cas Fofana n'est pas vraiment lié au racisme. C'est plutot l'attitude d'un criminel qui cherche par tous les moyens a se sortir d'une situation. Quelle que soit ses origines, c'est un monstre a mes yeux. L'antisemitisme invoqué dans ses motivations est lui par contre une forme de racisme. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi on utilise deux mots pour designer un meme mal.


A Stef:
En ce qui concerne le Rwanda, oui, je pense que la France a parfaitement utilisé le racisme latent de sa population pour laisser se commettre des massacres qui auraient revolté l'opinion publique dans d'autres conditions. C'est une forme de racisme passif, mais il faudrait plus de temps pour developper ceci.

A Emma:
Oui, ton incident a effectivement motivé l'ecriture de ce billet. Il n'empeche que j'avais ceci en tete depuis tres longtemps, mais j'attendais de murir ceci avant de le poster. Grace a Alain M. j'ai acceleré l'ecriture ;-)

03 mars, 2006 12:59  
Blogger gladysdit said...

Je suis d'accord avec Toi titophe, sur le fait qu'un seul terme suffirait à expliquer la haine de l'autre, soit le Racisme. (Bien qu'il n'y ait qu'une seule race... Blablabla... la race humaine). Sur ce, j'ai trouvé sur Wikipédia, un début de piste sur la sémantique du terme antisémite (bien évidemment Wikipédia est à prendre avec des pincettes) :

"Le terme « antisémitisme » est une construction discutable. D'une part il est impropre de nommer les Juifs « sémites » car l'adjectif ne s'applique qu'à des langues et pas à des peuples. C'est en référence à la langue que les Juifs sont dits « sémites », mais non en tant que peuple et encore moins race. De plus le groupe des langues sémitiques regroupe, au-delà de l'hébreu, langue des Juifs dans l'Antiquité, de nombreuses autres langues telles que l'arabe, l'araméen." Les "arabes" seraient si on s'en tient au sens stricte du mot, des sémites. Mais si j'en crois Wikipédia, c'est un journaliste allemand, qui l'a inventé en 1879 pour un de ses pamphlet anti juifs.

Maintenant, pourquoi ce mot est resté? Pourquoi le mettre dans une case à part... Je n'ai pas (encore) la réponse.

Voilà pour la chronique culturelle de Gladys.

03 mars, 2006 16:41  
Blogger Titophe said...

Merci Gladys!

Tres content de pouvoir te decouvrir grace a cette photo, et tres impatient d'entendre ta voix sur les ondes!
Alain Rey, le fameux chroniqueur de France Inter et co-auteur du Robert avait deja evoqué cet abus de langage il y a quelques annees dans le 7-9. Le coté comique de la chose est effectivement que le mot semite designe une particularité ethnique et non pas une religion. Les numides, peuplant le Soudan et une partie de l'Etiopie sont aussi d'origine semite, suite aux invasions decoulant du recul des armées de Scipion lors des guerres puniques de l'antiquité.

05 mars, 2006 13:55  
Anonymous Anonyme said...

Pourquoi rechercher du racisme chez les autres, avant de regarder le sien ?
Est ce une façon de ce déculpabiliser?

26 juin, 2006 14:30  
Blogger Titophe said...

Cher anonymous
Je comprends que ce billet puisse heurter certaines suceptibilités et je m'en excuse. Je ne cherche à me deculpabiliser de rien, ce n'est pas un besoin chez moi. Je cherche simplement a faire un tour exhaustif du sujet.
Si vous bvoulez, vous pouvez facilement utiliser un pseudo (sans avoir a vous inscrire), ce qui rend les echanges plus vivants et plus sympatiques

26 juin, 2006 14:37  
Blogger Titophe said...

A voir reportage sur le Rwanda (d'apres stef)

22 septembre, 2006 11:29  
Blogger hordalf said...

C'est faux la France a reconnu les pratiques esclavagistes, mais il y a une différence entre reconnaître ses fautes, et se repenter infiniment dessus.

Comment voulez-vous faire aimer un pays aux nouvelles générations en leur disant qu'il n'est que mal ? Le patriotisme arrangerait énormément de problèmes communautaires, et donc le racisme dans notre société.

De plus les gens qui veulent nous infliger une éternelle expiation des pêchés de nos ancêtres oublient souvent d'autres faits historiques, comme le fait que l'escalavage intra-afrique noire a fait plus de 14 millions d'esclaves, que le peuple arabe a réduit à lui seul 17 millions de noirs, avant même l'arrivée des colons occidentaux, ayant donc mis l'Afrique à genoux dés le début, ou encore que les pays arabo-musulmans ont soutenu Hitler et son extermination des juifs, ou encore que l'Allemagne a reconnu le génocide juif effectué il y a 60 ans alors que la Turquie ne reconnaît toujours pas le génocide arménien datant de presqu'un siècle. Vous voulez un devoir de mémoire ? ok alors faîtes le pour tous au lieu d'essayer d'étouffer la moindre graine de patriotisme pourtant bénéfique à une nation, en détruisant l'image de la France qui a fait beaucoup plus de choses nobles qu'atroces, vous essayez de faire passer " le Blanc " pour plus raciste, quantitativement et qualitativement, que les autres, si ça c'est pas du racisme ou au moins du communautarisme...Vous vous rappelez ce qui se passe au sein d'un peuple dont la ntion est humiliée sans cesse ? Demander aux Allemands des années 1920/1930, et ne vous étonnez pas si à force d'étouffer toute fierté nationale, vous en créez une bien plus extrême.

15 octobre, 2006 12:24  
Anonymous jocelyncharles said...

@ Anonyme :

Votre histoire me rappelle une autre. Ma mere travaillait à l´hopital de Kehl et avait une amie qui se faisait draguer par un soldat de la FFA 8 à l´epoque ou il y avait encore des soldats francais en allemagne )
Apres avoir dit souvent non a ce jeune homme, elle a fini par ceder.
Quelques temps plus tard elle l´annonce a ses parents.
Là,scandale,crie. Le pere finit par dire à la mere : " mais pourquoi a t´elle choisie un francais? n´y a t il pas assez d´allemand en allemagne? " Et la elle lui repond : " soit content car elle aurait pu choisir un noir " ( et non le francais n´etait pas noir mais passons ).
Quelques temps plus tard, les presentations aux parents de la dulcinée se font. Le garcon executant un comportement d´une politesse irreprochable, ce qui emut les parents et provoquat le respect du beau pere. Celui ci finit par lui dire : " pour un francais vous etes pas mal ".
Et au final? Malgré les efforts de ce francais aupres des parents de sa douce, il ne fut malheureusement jamais intégré. Le couple s´etait convenu qu´elle irait toujours seule chez ses parents, le mari vaquant à d´autres activités.

30 octobre, 2007 16:53  
Anonymous jocelyncharles said...

@EMMA BENJI :

Il m´arrive aussi d´etre choqué par la différence de peau ou par les gens de la meme couleur que moi. Je pense correspondre aux sujets de l´experience de clark and clark du Dolls experiment et ca m´embete, pourtant c´est la.
Cotoyer des gens de la meme couleur que moi? Je le gfais notemment a travers une organisation comme isd en allemagne, mais je reste toujours , inconsciemment en retrait. J´ai honte mais connaissant cette experience, je le comprends.
Je me rappelle , il y a quelques années, ma cousine nous a présenté son futur mari et j´avoue avoir resenti un choc, et plus tard une double gene ( Freud dirait, un conflit inconscient sans doute ). Il l´a remarqué et m´en a toujours voulu, pourtant je n´ai fait que resentir.

De plus j´ai fini par cotoyer beaucoup de populations dans ma vie de globetrotter. Il n´est pas rare que j´ai pu voir dans la meme piece, des noirs, des arabes, des asiatiques.. et leur variation geographique. Et la me venait parfois le préjugé du chinois, de l´arabe etc... ( mais je ne parle jamais pour les montrer, je le pense simplement ) Et c´est dans ces occasions que je m´appercevais que .. ce n´etait que des préjugés.

Donc meme en étant radical sur la relation blanc-noir, je garde toujours en tete une certaine nuance, au vu de mes experiences personnels.

30 octobre, 2007 17:01  
Anonymous Thebraids said...

Je souffre moi-même d’un complexe d’infériorité. Et quand je dis que j’en souffre c’est peu dire. Je dois me battre avec tous les jours. C’est quelque chose que je partage avec beaucoup de noirs. On grandit tous en pensant que ce qui est européen est bien et beau et que le reste ne l’est pas. On grandit tous en intégrant cette hiérarchie raciale instituée par des siècles de racisme.

Je ne suis pas du tout un supporter de la fierté raciale. Je trouve qu’il n y a rien de plus pathétique que les phrases du style « I’m black and I’m proud ». La vérité c’est que nous ressentons plus de honte que de fierté. La fierté noire,c’est de l’incantation,un gros mensonge!

Tu penses que parce que les noirs ont honte d’être noir, ils deviennent ultra susceptibles, allergiques à toute critique. Mais, il me semble que si les noirs pensent qu’ils sont inférieurs,il y a de forte chances pour que les blancs se pensent supérieurs. Je veux dire que les blancs intègrent sans doute également le message subliminal que ce monde raciste nous envoie, celle de l’infériorité du noir.
« Parler d’une personne noire, quand on est blanc, et le trouver con ou moche ne signifie pas automatiquement que l’on attribue cette faiblesse à sa couleur.» 
En effet, il n y a pas nécessairement un pique raciste derrière mais on peut légitimement être suspicieux quand une telle critique est émise à notre égard par un blanc.

16 octobre, 2008 15:33  
Blogger Titophe said...

Tu vois, Thebraids, cette suspiscion est justement ce que je regrette, car elle fausse toute relation vraie. Je trouve tout autant suspiscieux les "blancs" un peu bobos qui sont positifs sur un individu simplement parce-qu'il est noir. C'est tellement réducteur! Un individu est tout simplement unique, porteur de ses qualités comme de ses défauts. Seule une vision holistique de ce "tout" définissant l'individu en question permet de le considérer avec respect. Donc si un type (ou une femme, d'ailleurs) me déplait, la couleur de sa peau ne changera pas ma facon de m'adresser à lui. S'il refuse ma critique en raison de notre différence (qui est un leurre, ne l'oublions pas), celà ne fera que conforter mon opinion.

16 octobre, 2008 15:44  
Anonymous Thebraids said...

Tu sais,je ne ferai jamais part de mes soupçons à une personne blanche. Je ne parle d’ailleurs habituellement pas de questions raciales avec des blancs. Je sais que nos points de vue sont différents et qu’on ne se comprendrait pas forcément.
Je comprends que tu puisses regretter ces non-dits ou cette gêne qui plombent les relations blancs/noirs. Personnellement, j’ai assez peu de problèmes relationnels avec les blancs parce que j’en fréquente peu. Je n’ai pas d’ami blanc. La seule personne blanche dont je sois proche est ma mère.
Il m'est impossible de parler
de racisme avec elle.A chaque fois que je lui en parle, elle nie ou minimise la chose.Cela ne facilite pas les conversations.Je pense qu'elle est gênée parce que comme beaucoup de blancs, elle se sent visée dès lorsque l'on parle de ce sujet.Comme si être contre le racisme c'était être contre les blancs.La susceptibilité ne se situe pas que d'un côté.

16 octobre, 2008 19:31  
Blogger Titophe said...

Thebraids, cette gène de ta mère, que je qualifierais plutot de "tabou", c'est justement pour ne pas vivre cette situation que j'ai créé ce blog. L'empatie avec mes filles ne suffit pas, il faut aussi y rajouter des heures et des heures de réflexion, il faut pouvoir répondre à leurs questions en ayant déjà eu à me poser chaque question moi-même. Merci de ton témoignage, il confirme que j'ai pris la bonne décision.

17 octobre, 2008 09:05  
Blogger nicolas said...

Salut les cousins !

D’abord merci d’avoir bien perçu que j’étais très « second degré » et que je ne veux pas mettre les gens mal à l’aise. Je plaisante un peu, c’est tout. Sachez aussi que les Africains ont aussi cet humour féroce envers eux même, et que le « nègre » c’est toujours l’Autre et jamais moi.
C’est effectivement vrai que je ne connais que très peu Obama. Je ne savais pas qu’il avait tenu de tels propos, surtout vis-à-vis de sa famille, et je suis très étonné par ce que tu viens de m’apprendre. Ceci dit, je ne suis pas non plus un « fan ». S’il est élu, (en fait, quelque part, il l’est déjà) c’est très bien et j’en serai heureux et fier, un grand pas dans l’histoire des Noirs – si ce n’est le plus grand-.et le premier grand événement de ce début de XXIème siècle. Mais c’est surtout un homme politique. Rusé comme un singe. C’est pourquoi il faut se méfier de tout ce qu’il dit ou écrit.
Mon but, Thebraids, n’est pas de systématiquement te contredire et tout ce que tu as dit est très vrai. Tu as une bonne vision des choses. « Il n’y a pas de communauté métisse en France, t’es noir ou pas ». C’est justement ce que je déplore. C’est aussi pour cela que ma sœur est partie bosser au Brésil, par exemple.
Soyons clairs : je ne porte pas de jugements de valeurs dans les rapports noirs/blancs. Je ne pense pas du tout que les blancs soient « supérieurs » aux noirs, j’aurai même tendance à penser l’inverse. Mais dans la société occidentale, le mot « noir » a quand même une connotation péjorative. C’est pourquoi on préfère pudiquement employer le mot « black ».
L’occident a une Histoire. Cette histoire est marquée par la domination de la race blanche, esclavagiste et colonisatrice, et pas seulement en Afrique ou en Amérique. La civilisation européenne était la meilleure, la référence, porteuse de la Vérité et de la Connaissance. Jusqu’au XVIIIème siècle, les noirs étaient considérés comme des êtres hybrides entre l’homme et la bête. Même les âmes les plus éclairées de l’époque doutaient de la réelle humanité des noirs. Mais abrégeons…
Les « hommes de couleurs » n’ont pas tous des complexes d’infériorité mais ont tous des ressentiments, une revanche vis-à-vis des blancs. Il y a un réel rapport de pouvoir, de dominants et dominés, entre les blancs et les noirs et ceci chaque jour que Dieu fait. Des regards féroces, de jugement et de haine, remplis de sous entendus, tel est le quotidien (et la malédiction) des noirs vivant en Occident. Car il ne s’agit surtout pas que les noirs deviennent dominants dans cette société. Je n’aime pas cette espèce de condescendance rigolarde qu’on beaucoup de blancs envers les noirs, ce manque de respect un peu rabaissant, cette manière de vous tutoyer systématique (« salut frère ! ») et de vous taper sur l’épaule.
Je suis un peu parano, là, mais c’est la réalité. Un petit métis dont la mère est blanche (et dieu seul sait si les petits garçons aiment leur maman) se trouvera un peu mal à l’aise si ses copains blacks tiennent des propos violemment racistes et anti-blanc. Dans ce conflit noir-blanc, personnellement, je me sens mal à l’aise parce que j’aime ma mère et ma famille blanche.
Quand mes parents se sont (violemment) séparés, ma mère en pleurs m’a demandé de choisir si je voulais rentrer avec elle en France ou si je voulais rester au Gabon, chez mon père. Autrement dit je voulais vivre du coté des blancs ou du coté des noirs. Traumatisant. J’avais treize ans, je crois. (Finalement, j’ai suivi ma mère). Aujourd’hui encore, je ne sais quoi répondre et je préfère donc m’abstenir.
Car j’ai parfaitement conscience d’être vu et considéré comme un noir, et j’ai vécu les mêmes galères que n’importe quel noir.
Mais pour moi, le racisme est secondaire. Du moins, il doit pour moi être secondaire. C’est un problème universel. L’histoire ne fait que se répéter. J’ai souffert du racisme des deux cotés.
Les SS sont ignobles. Les racistes aussi. Je parle aussi bien des racistes blancs que des racistes noirs. Car il y a des « SS » noirs. Ils sont tout aussi ignobles.
Les mulâtres sont « christiques ». Tout petit déjà, au fin fond de ma Normandie, je savais que j’allais être littéralement crucifié. Car je suis un être d’amour. J’aime aussi bien les noirs que les blancs. C’est pour ça que je n’aime pas qu’on me dise « noir » car ce serait trop réducteur. Ce n’est pas parce que ce mot a une connotation légèrement péjorative et discriminative.
Ce sont des religieux (des pères franciscains) qui m’ont dit que mon métissage était très important et que je devais beaucoup y réfléchir et y méditer profondément. Ils m’ont dit aussi que Jésus avait un amour très particulier pour moi. Ils me l’on dit d’une manière très sérieuse, un peu impressionnés. Ils m’ont dit aussi de rentrer en France vite fait. Je ne suis pas spécialement croyant. Mais j’ai de bonnes oreilles.

Pour finir avec le cas Obama, je suis très septique quand à ses propos.
Obama a un père noir et africain mais il ne l’a que très peu vu et je pense même qu’il n’a jamais vécu en Afrique. « C’était dans l’image de mon père, l’homme noir, fils de l’Afrique que j’ai trouvé toutes les qualités que je recherchais en moi, les qualités de Martin et Malcolm…. » Je ne sais que penser de ces propos. J’hallucine quand même un peu. Il faudrait qu’on forme des psychiatres pour blacks – que dis-je ? Pour métis ! Je ne sais pas trop ce qu’est « l’image du père ». Apparemment Barack a reçu la Grande Révélation ! Comme le remarquait Titophe, l’image de l’Afrique est ici fantasmée, idéalisée.Les idées des afro-américains sur l’Afrique sont ambigües et très floues. De plus, les africains sont complètement rejetés par leurs frères de couleurs américains. Alors, on n’y comprend plus rien ! L’Afrique est pour eux une sorte de paradis perdu, un Eden ou coulait le miel et ou l’homme noir était libre et heureux. On les comprend. Mais ils rejettent majoritairement l’Afrique (et ses habitants) telle qu’elle est réellement aujourd’hui .Personnellement, je connais très bien mon père, cet homme noir, ce fils de l’Afrique ! Mais je ne lui est trouvé que peu de qualités et beaucoup de défauts. En fait, il ne m’a rien apporté. C’est un homme noir tout à fait normal, rassurez vous !
Tu me déçois, là, Barack. Tu fais le Sambo ou quoi ? De plus Malcom X n’est pas une référence et n’est pas à mettre dans le même sac que Luther King. Tout cela sent quand même un peu trop la démagogie.
« J’ai cessé de proclamer la race de ma mère à l’âge de 12 ou 13 ans, quand j’ai commencé à me rendre compte qu’en faisant cela je faisais plaisir aux blancs ».
Et en disant cela, tu fais plaisir aux noirs, n’est-ce pas ? Il n’y a rien de mal à faire plaisir aux blancs, ni aux noirs d’ailleurs. Faire plaisir aux gens est une bonne chose en général. C’est mal de faire plaisir à un blanc ? Renoncer à « proclamer la race de sa mère » est un choix personnel et un peu nul qui n’engage que lui. Moi, j’aime ma mère et j’aime sa race. Et ma grand-mère aussi !

Je ne connais pas vraiment Obama, mais je trouve ces propos pas très conformes à ce je pouvais attendre de lui. Merci Thebraids, de me les avoir communiqués
Ceci dit, c’est quand même un brave type. Bye.

22 octobre, 2008 15:15  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home