Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

13 février 2008

147 - L'exemple australien

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Mercredi 13 février 2008

Hier, un évènement d'importance venait d'australie. Saurons-nous suivre l'exemple?

«Pour les Aborigènes, c'est comme la chute du mur de Berlin»


Le Premier ministre australien a présenté mercredi ses excuses aux premiers habitants du pays pour les injustices et les mauvais traitements subis pendant deux siècles.

"Pardon": Tant attendu par les Aborigènes et finalement consenti par le gouvernement australien pour les injustices passées, le mot a électrisé la foule rassemblée mercredi devant le Parlement. Blancs ou Noirs, sur les pelouses ou massés devant des écrans géants, ils étaient des milliers à écouter les excuses nationales présentées par le Premier ministre travailliste Kevin Rudd aux premiers habitants du pays pour les injustices et les mauvais traitements subis pendant deux siècles.

Beaucoup d'Aborigènes avaient parcouru des milliers de kilomètres pour se rendre dans la capitale Canberra. En costumes traditionnels et le corps orné de peintures ancestrales, des danseurs se mêlent à des hommes d'affaires ou des étudiants tous présents devant le Parlement.

Certains Aborigènes lèvent le poing, symbole du "Black Power" (pouvoir noir) ou arborent des photos de leur proches qui n'ont pu faire le déplacement.

Et le mot ardemment espéré est enfin prononcé: "Pardon". "Nous demandons pardon pour les lois et les politiques des parlements et gouvernements successifs qui ont infligé une peine, une douleur et une perte profondes à nos compatriotes australiens", déclare M. Rudd, soulevant une grande émotion parmi le public.

"C'est le moment le plus lourd de sens pour notre communauté dont j'ai été témoin au cours de ma vie", confie à l'AFP Darryl Towney.
"Pour nous, c'est comme la chute du mur de Berlin", dit-il. Et bien qu'à son sens, ce pardon officiel arrive "200 ans trop tard", "Rudd l'a fait et cela signifie beaucoup pour le peuple aborigène".

Dans son discours historique, le chef du gouvernement a fait acte de repentance, en particulier pour "la douleur et les souffrances subies" par les "générations volées".

Ce terme désigne des dizaines de milliers d'enfants autochtones retirés de force à leurs familles - de 1910 jusqu'aux années 1970 - pour être placés dans des institutions ou des foyers à des fins d'assimilation.

Andi Kirwin, une étudiante aborigène, accueille d'autant mieux cette contrition nationale que le prédécesseur de Kevin Rudd, le conservateur John Howard, avait mis un point d'honneur à ne pas formuler d'excuses officielles.

"C'est une reconnaissance de ce qui nous est arrivé, cela met fin à des années de déni", explique-t-elle.

Annie Kentwell, une fonctionnaire de Canberra, est aussi venue apporter son soutien et veut y voir les prémices d'une réconciliation nationale durable.

"Pour moi en tant qu'Australienne blanche, ce jour signifie que l'on peut désormais avancer et bâtir des ponts entre les communautés blanches et aborigènes", explique-t-elle.



Lire l'article sur le site de Libération




Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Libellés : ,

3 Comments:

Anonymous zench said...

Ses excuses seront-elles suffisantes ? Pas sûr ...

13 février, 2008 21:11  
Anonymous VictoriaShu said...

Il était temps... Ca en devenait ridicule: nous sommes en 2008!

15 février, 2008 22:33  
Blogger Gabriel Fouquet said...

des excuses aux habitants de souche du pays ? Tuveux qu'on présente nos excuses aux gaulois ?

16 février, 2008 01:25  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home