Racisme et Histoire: Le Tabou

La société Francaise souffre d'amnésie. Elle se refuse à reconnaitre les périodes peu glorieuses de son histoire durant lesquelles l'esclavagisme et le colonialisme ont été justifiés par un racisme institutionnel. Ces périodes sont révolues, mais mal assumées, formant ainsi un bon terreau pour permettre au racisme institué à l'époque de survivre sous d'autres formes.

Vous êtes sur un lieu d'échange et de libre expression

Ma photo
Nom :

Marié a une femme noire depuis bientot 20 ans, père d'enfants metis, je suis de plus en plus inquiet face aux non-dits de notre société occidentale. Admettre et reconnaitre notre histoire dans ses composantes les moins glorieuses serait enfin admettre qu'etre Francais, ce n'est plus seulement etre un descendant des gaulois. Nous pourrions rendre leur dignité a celles et ceux qui se sentent exclus.

Le coin des compteurs
Visiteurs depuis le 17 novembre 2005:

24 mai 2006

46 - «Combat» antiraciste?

Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

Mercredi 24 mai 2006

L’antiracisme est-il un combat, une lutte?
Je m’aperçois, à force d’écrire sur ce blog, que je suis très souvent à court de mots pour décrire l’action de divulguer un message antiraciste. Aussi, je cède souvent à la facilité et réalise combien cette faiblesse se révèle inefficace. La terminologie quasi guerrière me semble en contradiction avec l’esprit de l’action.
En effet, lutter, combattre, résulte toujours par un camp gagnant et un camp perdant. C’est pourtant tout le contraire que je recherche. A mon humble avis, enterrer le racisme en tant que concept ne doit absolument pas avoir pour effet collatéral de générer frustrations et sentiment d’échec de la part de ceux qui seront enfin débarrassés de ce poids. C’est une victoire de tous qu’il faut envisager, car chacun est gagnant.

Ne manque-t-il pas une vision?
Alors, pourquoi est-ce aujourd’hui encore considéré comme un combat ? En écoutant les uns et les autres s’opposer, je note que chacun se focalise sur un constat (comme je le fais aussi d’ailleurs) en essayant de culpabiliser l’autre, de mettre en évidence toute la noirceur de la réalité présente. Mais qui propose une vision ? Qui serait à même de décrire un monde sans racisme, sans exclusion, riche de sa diversité enfin reconnue ? Pourquoi pas chacun d’entre nous ? Ne pourrions-nous pas jouer à imaginer ce monde ?


Si le cœur vous en dit…



Revenir à la page principale --- Sommaire de tous les billets

33 Comments:

Anonymous RufinoàTitophe said...

C'est étrange, dans mon esprit, il y a quelques jours, un switch s'est fait. J'ai compris (décidé, admis, souhaité, etc...) que la France n'était plus une terre de paysans franciliens mais une terre désoramis habité par un peuple issu de tous les peuples du monde. Une nouvelle amérique?
Dans cette terre nouvelle par les hommes j'ai pensé que le dénominateur commun devait être le pacte républicain. Petit dénominateur commun, il doit produire de grand effet. Il faut lui donner un sens renouvelé, des moyens, une ambition.

Bien à vous,

Rufino

25 mai, 2006 08:40  
Anonymous Stelfe said...

Ensemble, Ensemble...
1+1+1+ Toi et Moi + tout le Monde !!! (Sinclair)

Bonne journée

25 mai, 2006 09:13  
Anonymous Isabelle said...

Ensemble...nous le sommes de toutes façons, n'est-ce pas? c'est juste que nous ne le voyons pas. Tant qu'une once de pouvoir demeurera en nous, nous continuerons de vouloir l'exercer; tant que nous ne serons pas être maître de nous-mêmes, nous chercherons à être maître de l'autre; tant que nous aurons peur de notre ombre, nous la verrons chez l'autre; tant que nous aurons une miette de manipulation, voire de fourberie, nous continuerons de la prêter à l'autre en feignant de sourire;tant que nous nous identifierons à nos mémoires animales, nous verrons ailleurs des sauvages. Lorsque je vois tout cela en moi, je ne vois plus de couleurs de peau ni n'exclus, mais seulement d'autres âmes en chemin, miroir de mon Être.
Le combat, la bataille, sont de vieilles croyances: la vie est un combat, la vie est dure, il faut batailler pour, etc...et quand on regarde de plus près, il n'y a jamais aucun vainqueur, si ce n'est illusoire et dans un temps très limité. Parce que le gagnant d'aujourd'hui est le perdant de demain, et vice-versa. Alors, Titophe, peut-être peut-on commencer nous-mêmes par ne pas "considérer cela comme un combat", mais continuer d'avancer soi, en entraînant les autres dans un monde d'ouverture. Entraîner plutôt que combattre ensemble.
Qu'en pensez-vous?

25 mai, 2006 10:17  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, votre note m'a inspirée la mienne, d'aujourd'hui...
:-)
Isabelle

25 mai, 2006 10:55  
Anonymous osmany said...

Ah si tout le monde pensait comme toi... ;-).

Utopie quand tu me tiens...

25 mai, 2006 13:29  
Anonymous vero said...

Oui comme il est dit dans le bouddhisme : le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur : si tu veux la paix dans le monde, il faut d'abord faire la paix en soi !!

25 mai, 2006 14:34  
Anonymous TunsianTouch said...

Je crois que ça reste un combat où le perdant sont les esprits destructifs, les croyances régressistes et les opinions méprisantes.
A nous tous de créer un monde plein de paix de valeurs de partage de respect.

25 mai, 2006 17:05  
Blogger Titophe said...

Rufino: Interessant parallele. Mais ce pacte est-il reellement la solution? Ne se trouve-t-elle pas plutot en chacun de nous? Ou alors, comment faire du pacte une valeur partagee par tous?

Stef: Oui, ensemble, c'est a dire tous vers la meme direction. Cet ensemble c'est d'abord le partage d'une meme vision, d'une meme esperance.

Isabelle: Entrainer, c'est tout a fait cela. C'est pourquoi je me suis inspiré des notions de leadership dans la second partie de ce billet.

Osmany: Divulguer ses idees n'a pas d'autre objectif...

Vero: Oui bien entendu, mais je pense que ce n'est qu'un premiere etape.

TunsianTouch: D'accord pour les croyances et les opinions, pas d'accord pour les esprits. Justement, les esprits deviennent gagnants lorsqu'ils sont debarrassés des 2 premieres. Mais je prefere effectivement le terme de leadership ou d'entrainement plutot que celui de combat. Finalement, le but n'est de faire de mal a personne, mais bien d'entrainer le plus grand nombre vers plus de partage et d'humanité.

26 mai, 2006 09:47  
Anonymous dominique said...

Titophe, je trouve ton évolution très intéressante : peut-être changeras-tu un jour le titre de ton blog pour des mots comme "ensemble", "union" ou "paix" ?

Bisous fraternels

26 mai, 2006 17:24  
Anonymous EMMA BENJI said...

Ca fait vraiment bizarre qu'on en soit encore en train de parler de racisme alors que normalement le problème ne devrait plus se poser.
Enfant, on m' a appris a l'ecole que tout le monnde est pareil... toutes les religions abolissent ce genre de comportement...
Et pourtant... a quoi est ce que c'est du... a la betise humaine des fois...
C'est la seule explication

26 mai, 2006 18:00  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, je suis tellement d'accord avec Domnique...
:-)
isabelle

26 mai, 2006 23:47  
Blogger Titophe said...

Dominique et Isabelle: Interessante suggestion, pourtant que signifie ce titre, si ce n'est une invitation au dialogue? Le tabou est certainement l'obstacle le plus évident qu'il me semble devoir franchir. Pour atteindre l'union ou la paix, il faut d'abord pouvoir dialoguer et surtout pouvoir écouter sans ressentir la moindre culpabilité ni la moindre haine. Ce qui génère ce tabou, c'est cette histoire que chacun veut idéaliser. Ainsi, je ne cherche pas à déranger les consciences, mais plutot a proposer un regard neutre qui puisse etre le meme, de quel coté que l'on se sente. C'est le regard de ceux qui se sentent humains, point.

Emma: Qu'est-ce qui te fait dire que le problème ne devrait plus se poser?

27 mai, 2006 09:28  
Anonymous EMMA BENJI said...

Normalement le gens devraient etre assez instruits pour ne pas se laisser emporter par des vents racistes.

Normalement les gens devraient avoir compris, de par l'histoire que cette guégueere a cause d'une couleur est debile et ne mene a rien...

normalement, les choses auraient du evoluer depuis le temps

28 mai, 2006 13:14  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, ce que j'aime dans le commentaire de Dominique, ce n'est pas la critique, c'est la suggestion.
:-)
Isabelle

28 mai, 2006 20:46  
Anonymous Zebu32 said...

Notre monde est plein de différences : à nous d'en faire une richesse, et non un motif de heurts. En matière de culture, on sait fort bien s'enrichir de peintures italiennes, de littérature russe, etc. Alors pourquoi ne pas tirer des enseignements des autres races plutôt que de partir du principe qu'elles n'apportent rien ? D'après moi, il faudrait voir le Noir, le Jaune, l'Arabe comme un ami que l'on aime pour ses qualités et dont on supporte les défauts... mais c'est une vision bien idéaliste...

29 mai, 2006 05:29  
Blogger Titophe said...

Emma: La normalité reste à définir.

Isabelle: Effectivement, mais suffit-il de changer un mot pour changer les hommes?

Zebu: Oui, la diversité est une richesse que nous n'exploitons pas.

29 mai, 2006 06:55  
Anonymous Isabelle said...

De toutes façons, Titophe, je crois qu'on ne peut changer personne, à part soi. Entraîner, est-ce que cela ne veut dire pas: entraîner par notre propre qualité d'être? Un titre, c'est seulement l'expression de qui nous sommes, n'est-ce pas?
:-)
belle journée,
Isabelle

29 mai, 2006 10:16  
Blogger Titophe said...

Isabelle: Disons que je ne me mets en avant que pour temoigner ou donner un exemple. Ce blog n'est pas un journal intime mais plutot un lieu d'echanges et d'expression, un lieu ou l'on peut lire ce que l'on entend trop peu ailleurs, un lieu ou l'on peut essayer de voir certaines choses sous un angle nouveau. Je ne cherche pas a personnaliser ce lieu, mais plutot a lui donner un sens partagé. C'est pourquoi le titre doit plus refléter ce sens que ma pauvre personne qui n'a finalement aucun intérêt.
Le titre a aussi un role pour attirer celles et ceux qui souhaitent echanger sur le theme du racisme et qui se dirigent grace a des moteurs de recherche, d'ou l'importance de certains mots clefs.
Finalement, sans visiteurs, ce blog ne sert absolument à rien...

C'est l'expression de vous tous que ce titre doit refleter.

29 mai, 2006 10:26  
Blogger Nathan said...

"Finalement, sans visiteurs, ce blog ne sert absolument à rien..."

Bonjour, je ne suis pas d'accord ... Faites le d'abord pour vous ! En écrivant, recherchant, analysant, vous devenez plus instruit et meilleur analyste (aussi oralement et dans votre vie de tous les jours !), plus lucide, vous tendez vers la vérité et qu'importe le nombre de lecteur ! En fait 1 seul suffit, c'est pourquoi la course aux "compteurs" est absurde ...

a+

ps: je ne suis pas hypocrite, malgré mon discours, je regarde aussi mes connexions ... mais c'est mal ! :) c'est de la schyzophrénie, passion et désir de sociabilité, d'être vu contre raison et quête de soi, du monde et de vérité ...

29 mai, 2006 19:51  
Blogger Nathan said...

précision : ce n'est pas de l'égoïsme puisque la connaissance peut servir à la société à posteriori ...

C'est même l'inverse, c'est vouloir être vu (avec pour "prétexte" le partage) qui peut être égoïste ...

C'est de l'abnégation ...

Bon comme toujours il faut en fait un "juste milieu" : ici entre recherche personnel et partage ...

a+

29 mai, 2006 19:55  
Blogger Titophe said...

Nathan: Je ne fais pas ce blog pour me developper. Si tel était le cas, un cahier ferait l'affaire. Je le fais avant tout pour communiquer, pour faire connaitre un regard different sur un sujet trop stereotypé et surtout trop étouffé. Bref, je sais que c'est absolument vaniteux, mais je cherche a contribuer, un tant soit peu, a changer le monde qui entoure mes bébés. Beaucoup pensent que c'est impossible, voire pretentieux et narcissique. J'accepte ces critiques, je les formulerais certainement aussi dans d'autres circonstances. Mais le monde change, et ce monde n'est fait que des femmes et hommes qui le composent et qui eux aussi contribuent à le changer.

30 mai, 2006 08:19  
Anonymous TunisianTouch said...

Je crois que Titophe a raison un blog est fait pour échanger des avis, se corriger, confirmer ou infirmer des choses et casser des tabous que les autrs moyens n'ont pas réussi à faire.
Retournons au racisme.Moi je crois que le manque d'éducation est le terroir du racisme mais le manque d'ouverture et le meilleur remède c'est le voyage car il permet de voir de ses propres yeux

31 mai, 2006 15:06  
Blogger Titophe said...

Tunisiantouch: Merci! Je ne suis pas certain que l'education soit le seul remede. Je connais des gens peu instruits qui ont un esprit d'ouverture evident, et d'autres pourtant tres "éduqués" qui s'enferment dans des préjugés d'un autre temps...
Si education il y a, c'est celle des valeurs plus que celles de la connaissance.

31 mai, 2006 15:54  
Anonymous san antonio said...

je ne sais pas si tu recevras ce "com" confirme le moi et je t'enverrais un message plus complet?
amicalement, san antonio.

01 juin, 2006 01:35  
Blogger Titophe said...

San Antonio: C'est bien recu!

01 juin, 2006 06:47  
Blogger crucivore said...

Titophe
Merci pour ta visite qui m'a permis de découvrir ton bel espace de tolérance.
Je reviendrai souvent te voir et méditer tes écrits ainsi que ceux de tes amis commentateurs.
Tous très à à propos et pertinents.
Je me permets une ou deux obsevations.

>Nathan, chacun de nous détient une partie du savoir qu'il a le devoir de partager afin de faire avancer le monde.
Et cela, sans renier quoique ce soi de sa culture. Ce n'est pas du nombrilisme, c'est une intercommunication salutaire. A Chacun de donner, en espérant un jour recevoir.

>Isabelle, Oui on peut changer les gens, à condition de s'exprimer avec ses émotions si et seulement si elles émanent d'une ethique juste. D'un autre côté il ne faut pas se faire d'illusion, on ne peut rallier tout le monde à soi, ca il y a la liberté d'opinion qui prime.
Mais les abus, les injustices, on se doit tous de les dénoncer. Et à mon humble avis, la démarche est simple et vous la connaissez tous : "Think globally and act locally". (le travail de proximité en unités associatives).
Excusez moi d'avoir été aussi long.

01 juin, 2006 16:39  
Blogger Titophe said...

Bonjour Crucivore! Et bienvenue!

01 juin, 2006 16:47  
Anonymous Isabelle said...

Merci, Crucivore. Et en même temps, pas d'accord: croire qu'on peut changer l'autre est à mon sens une vaste illusion, qui a créé bien des conflits: conjugaux, familiaux, nationaux, etc...
En revanche, on peut se changer soi et ça, ça entraîne l'autre.
Mais j'dis ça, j'dis rien...
:-)
Isabelle

02 juin, 2006 08:55  
Blogger Titophe said...

Isabelle: lorsque vous dites cela, "entrainer l'autre" ne revient-il pas à le changer "avec soi"?

02 juin, 2006 10:01  
Anonymous Anonyme said...

Beaucoup de femmes et d'hommes sont frustés par la colère de leur passé. Comme l'être humain a du mal à se remettre en cause, ils préfèrent accuser les autres des maux de la société. Le racisme n'est pas que racial mais il est aussi dans la non acceptations des gens obéses ou des handicapés. En fait c'est le capitalisme pur et dur qui crée la non tolérance. Quand les hommes oseront se regardent en face et s'autocritiquer alors nous aurons un espoir pour des jours meilleurs

02 juin, 2006 11:02  
Anonymous Isabelle said...

Titophe, se changer soi peut effectivement entraîner l'autre, ou pas. C'est sa liberté, et cela ne vient pas de notre envie de le changer. Seul son propre désir peut l'amener à évoluer. C'est sans doute la différence entre un maître, un vrai guru, et un faux gourou: le premier est un modèle et n'impose rien, le second exerce son pouvoir et a pour volonté de façonner l'autre selon son propre intérêt.
J'aime beaucoup cette phrase "on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif": en d'autres termes, on ne peut changer l'autre malgré lui, rien ne peut venir que de lui-même.
Croire que l'on peut changer l'autre, c'est vraiment admettre que l'on a un pouvoir sur lui, et en coséquence, que l'autre a un pouvoir potentiel sur soi. Et l'on arrive vite au fameux triangle de Karpman: victime/sauveur/persécuteur....
A mon sens, on ne change pas l'autre avec soi, on ne change pa l'autre du tout... Mais on peut être un modèle, prendre position, véhiculer des idées, qui vont interpeller l'autre, auxquelles il peut adhérer. Ou pas...
:-)
Beau et bon week-end, Titophe,
Isabelle

03 juin, 2006 10:49  
Blogger crucivore said...

>Isabelle
J'entends par changer l'autre, il est vrai que je ne l'ai pas précisé, éduquer l'analphabète,lui apprendre le geste citoyen. Ceci évidemment pour mon pays où de gros problèmes d'une autre facture se posent.
Et là oui, nous nous rejoignons. On ne peut prétendre agir activement que lorsque nous mêmes aurons changé. Lorsque nous aurons filtré ce que l'histoire et le modèle proposé par l'école et la société sera pour nous définitivement assaini.
Merci Isabelle de m'avoir permis ce complément d'information.
Bon week end aussi.

03 juin, 2006 20:08  
Anonymous dominique said...

Cette note et tous ces commentaires me réchauffent le coeur.
Heureuse de sentir autant de tolérance.
Nous ne changerons personne, en effet, mais nous montrerons qu'il est possible de vivre en harmonie.
Continuons, ça en vaut la peine !

Merci à tous :-))

06 juin, 2006 10:43  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home